Samedi 24 juin 1989 : alors que la Lesbian & Gay Pride défile dans les rues de Paris, une quinzaine d’individus investissent la Marche, arborant un T-shirt noir orné d’un triangle rose retourné, sous-titré « Silence = Mort ». Arrivés devant le Louvre, ils s’étendent sur le sol et font les morts devant les caméras de télévision, ravies. Un nouveau mode d’action arrive en France. Act Up-Paris est née…

Act Up a vu le jour à New-York en 1987, sous l’impulsion de Larry Kramer, déjà à l’origine du Gay Men’s Health Crisis. Elle compte désormais une quarantaine d’antennes à travers les États-Unis, notamment à San Francisco. Act Up-Londres est née en janvier 1989. En France, l’association est créée par Didier Lestrade (son premier président), Luc Coulavin et Pascal Loubet (Bureau). Les trois sont journalistes et veulent mettre en place un groupe de pression politique et de pression sur les médias. Un groupe homosexuel beaucoup plus combatif que les associations déjà présentes, consacrées à l’aide aux malades. Même si, grâce à Aides notamment, la situation est en France moins critique qu’aux États-Unis. L’objet d’Act Up est d’aller dans les ministères, corriger les bévues de médias, critiquer le manque d’action du gouvernement. Ce sera le bras armé de la lutte contre le sida, qui mettra les politiques, les médecins, les chercheurs et les médias devant leurs responsabilités…

Une stratégie de communication dissonnante

Act Up-Paris va solliciter les établissements homos pour récolter des fonds, et vendre ses T-shirts emblématiques à la librairie Les Mots à la Bouche. Des distributions de tracts sont prévues devant les bars et les discothèques. Très vite, le groupe s’adresse aux représentants politiques. Dès le lundi 25 septembre, une vingtaine de militants (parmi lesquels 2 filles) manifestent en début d’après-midi devant l’Assemblée Nationale, à l’occasion de la rentrée parlementaire. Un dossier de 15 pages a été envoyé à chaque député pour présenter l’association et dénoncer le budget de la Santé qui va être présenté. Les caméras de TF1, envoyées sur place, pourront relayer le soir même le slogan « De l’argent pour le sida, maintenant ! ». Le groupe prévient aussi : ses activistes débarqueront au sein des rédactions des journaux qui publieront des articles mensongers. Ils investiront même Matignon s’il le faut !

« De toute façon, vous allez tous crever. Vous feriez mieux de vous suicider, plutôt que d’emmerder le monde avec votre sida »

En décembre, la 2ème Journée Internationale de lutte contre le sida est l’occasion d’une nouvelle démonstration de force . Act Up-Paris multiplie ses désormais fameux die-in et bombe ses slogans autour des lieux de rencontres homos, ce qui vaut à certains bénévoles de longues heures de garde à vue. Dès leur sortie, ils dénoncent les propos tenus par les policiers : « De toute façon, vous allez tous crever. Vous feriez mieux de vous suicider, plutôt que d’emmerder le monde avec votre sida. » On en est donc là en France en 1989 ! Mais il n’y a là rien qui puisse décourager la toute jeune Act Up-Paris, bien au contraire…

Sources : Gai Pied Hebdo n°376 (29 juin 1989)
Première parution : GENRES juin 2013