Apercevant Julian dans la cour, Mathieu court vers lui :
« Attends ! Demain c’est mon jour de repos, je pourrais te faire visiter notre petite ville si ça te dit ? »
« Avec plaisir ! Mais tu as peut-être mieux à faire que jouer les guides. »
« Si je te le propose c’est que j’en ai envie. Alors tu acceptes ? … Parfait ! Je viens te chercher demain matin chez toi vers dix heures. »

Voyage en moto pour une vraie partie de campagne. Ciel bleu, temps radieux et paysages verdoyants. Tout pour contribuer à une visite guidée des plus réussies. Mathieu montre au nouveau venu tout ce qu’il y a de plus beau à voir dans la région, à sa connaissance. Et plus particulièrement un endroit « secret » où il vient parfois se ressourcer afin d’évacuer un trop plein de stress. Il s’agit d’une petite crique au bord de la rivière, assez retirée de la ville. En tout cas suffisamment pour se sentir isolé. Sur l’autre rive, on peut contempler les hauts et majestueux arbres de la forêt environnante.

« C’est beau tu trouves pas ? »
« Oui ! Et tellement calme. Tu viens souvent ici ? »
« Dès que j’en ai besoin ! Aujourd’hui j’en ai pas vraiment besoin mais je voulais absolument te faire connaître cet endroit. »
« Je peux te poser une question ? … Pourquoi tu es si gentil avec moi. Rien ne t’y oblige ! »
« Tu viens de débarquer ici et tu connais personne. Et moi j’ai envie qu’on se connaisse, pas toi ? »
« Si bien sûr ! En tout cas merci. »

Un délicieux moment de silence envahit l’atmosphère. Cependant, Julian ne peut s’empêcher de contempler Mathieu. Ce dernier semble sentir ce regard insistant…

Un délicieux moment de silence envahit l’atmosphère. Cependant, Julian ne peut s’empêcher de contempler Mathieu. Ce dernier semble sentir ce regard insistant :
« Pourquoi tu me regardes comme ça ? »
« Désolé ! J’étais en train de penser à quelque chose. Si quelqu’un est très attiré par quelqu’un d’autre sans oser le dire ça peut être très frustrant tu crois pas ? »
« Oui sans doute. Mais je comprends pas très bien……. »
« Tu comprendras peut-être bientôt ! »

Le mystère reste entier pour Mathieu. Y’a-t-il un message caché qu’il ne saisit pas. Julian est un garçon intelligent et très spécial. Sans doute ne parle-t-il pas le même langage que les autres. Quoi qu’il en soit, Mathieu s’interroge sur le sens de cette réflexion.

Après cette belle journée, les deux garçons décident d’aller chez Mathieu. Ce dernier est envahi d’un trouble inexplicable. Est-ce du à l’allusion insolite faite par Julian au sujet de l’attirance que l’on peut éprouver. Parlait-il d’eux ? Le meilleur moyen de savoir est de le demander à Julian. Mais Mathieu n’en aura pas le courage. Il est bien trop perturbé.

« Tu veux boire quelque chose ? »
« Non merci. Viens t’asseoir s’il te plait. Je vois bien que tu es perturbé. Si c’est à cause de quelque chose que j’ai dit ou fait tout à l’heure j’en suis désolé.»
« Non ! En fait oui ! Tu as dit quelque chose qui m’intrigue au sujet de l’attirance etc… »
« Je vois ! A mon avis tu as plus ou moins compris que je parlais de nous… Tu me plais énormément Mathieu. Depuis le premier jour où je t’ai vu je pense à toi et j’aimerais qu’on soit plus proches… Enfin on pourra être amis. C’est génial aussi l’amitié ! »
« Tu sais que j’aime les filles. J’ai jamais imaginé coucher avec un garçon, même le plus beau et le plus sympa. »
Conscient de son aveu ambivalent, Mathieu se lève soudain et s’approche de la fenêtre. Oui il est lui aussi attiré par Julian mais comment est-ce possible lui qui n’a, jusqu’à présent, aimé que de belles jeunes filles. Il sent une main sur son épaule.
« Je ferais mieux de partir ! On se revoit très bientôt ? »
Mathieu se retourne et se retrouve tout proche de son ami :
« Bien sûr ! Y’a pas de raisons ! »
C’est alors que Julian dépose sur ses lèvres un timide baiser. Presque furtif. S’attendant à une réaction spontanée, ou violente, il s’éloigne de quelques pas.
« Pourquoi t’as fait ça ? »
« J’en avais très envie, c’est tout. M’en veux pas ! »
« Va t’en s’il te plait ! »

L’un est abasourdi, l’autre satisfait. Julian est à présent persuadé qu’il arrivera à séduire le beau Mathieu. Son trouble évident et son laxisme en sont la meilleure preuve. Même sa réaction finale, pourtant dure, le rassure. A Julian de faire preuve de finesse et de persuasion.

Apercevant son ami de loin descendre de sa moto, Julian hésite à aller vers lui. L’incident d’hier freine quelque peu sa bravoure, et surtout son envie. Il se décide enfin :
« Mathieu je vais pas te déranger longtemps. Il faut qu’on parle de ce qui s’est passé hier pour mettre les choses au point. »
« En ce qui me concerne il n’y a rien à dire. »
« Laisse-moi au moins m’excuser correctement. »
« Si tu y tiens ce soir chez moi. »
Laconique mais encourageant. Le garçon de ses rêves accepte de lui parler et Julian y voit un point positif de plus.

Comme prévu Julian se rend chez Mathieu le soir même.
« Je suis fatigué. J’ai pas beaucoup de temps à t’accorder ! »
« Ce sera rapide ! Je tiens à m’excuser sincèrement. J’avais aucun droit de t’embrasser comme ça par surprise. Comme je te l’ai dit j’en avais envie mais je sais que ça se reproduira plus jamais. On est quand même potes ? »
« Oui on est potes … Reste encore un peu je suis pas si mort que ça ! »
Silencieusement assis côte à côte, aucun n’ose bouger. L’image offerte par ces deux garçons stoïques et hésitants pourrait porter à sourire si la situation n’était pas aussi ambiguë.
« Julian tu peux me dire pourquoi je me sens bizarre quand tu es près de moi comme là par exemple. J’ai la tête embrouillée et je me pose des questions. »
« J’ai les réponses si tu veux. Je sais ce qui se passe dans ta jolie tête. »
« Alors aide-moi je suis perdu ! »

Julian caresse la joue timide de Mathieu et l’embrasse encore plus doucement que la première fois. C’est alors que ce dernier lui prend le bras et l’embrasse à son tour. Cette fois, aucune frilosité, les baisers sont torrides et les quatre mains déterminées. Dans la chambre, ils se déshabillent l’un l’autre et la nuit promet d’être intense.