Après avoir écrit une quinzaine de fictions, toutes des succès de librairies, dont certaines ont été adaptées au cinéma (Mon Frère par Patrice Chéreau), Philippe Besson créé l’événement en publiant aujourd’hui Arrête avec tes mensonges, en consignant un amour de jeunesse, dont l’issue est dramatique.

quand Philippe Besson dit je, il nous ouvre des pans entiers de sa vie, mais sans impudeur, sans exhibitionnisme…

Pourquoi aujourd’hui ? Parce que des événements dramatiques ont remis cette relation au cœur de sa vie. Et qu’il y avait une urgence, voir un devoir impérieux à raconter cette relation qui est un superbe hommage à ce garçon, puisqu’il s’agit bien sur d’un jeune homme, qui deviendra un homme…

Bien-sûr, on pourra à cette occasion relancer le vieux débat qui consiste à dire qu’un romancier écrit avant tout sur lui, à partir d’expériences vécues. Besson ne le nie pas. Il a transformé des personnages, sublimé des sentiments, des rancœurs.

Mais ici, il utilise comme matériau romanesque cette expérience difficile, souvent destructrice et frustrante.

Et quand Philippe Besson dit je, il nous ouvre des pans entiers de sa vie, mais sans impudeur, sans exhibitionnisme. Des confessions intimes qui éclairent son propos et donnent la clé de ses agissements.

Il n’y  a aucune compassion exagérée dans cet aveu pudique qui personnellement m’a beaucoup touché et où beaucoup pourront se retrouver.

Quand Besson avoue que la découverte de son orientation sexuelle a été pour lui une satisfaction car il ne voulait en aucun cas suivre la meute, il nous fait du bien !

philippe bessonArrête avec tes mensonges
Philippe Besson
Julliard