Temps de lecture : 2 minutes

Les critères retenus par l’ILGA, une association de promotion des droits des LGBT dont la branche européenne est financée par l’UE (NDLR : et dont le Centre LGBT Paris IDF est membre), concernent la famille, l’égalité et la non-discrimination, le traitement de l’incitation à la haine et la violence, la reconnaissance de genre, la liberté d’association et l’asile.

Carte ILGA "Rainbow Europe"
Carte ILGA « Rainbow Europe »

Le plus incroyable dans l’histoire c’est que Malte a réussi à se hisser à la première place du classement de l’ILGA des pays « LGBT-friendly » sans avoir même légalisé le mariage pour tous. Et à Malte, 40% de la population se rend encore régulièrement à la messe selon l’article sur le sujet du Huffington Post, contre 15% en France. A bas donc les clichés peuple religieux = conservatisme sociétal et moral.

Le média en ligne nous explique que la cause derrière cette politique LGBT-friendly est à aller chercher du côté de la nécessité pour la gauche de se différencier de la droite sur des sujets autres qu’économiques, plutôt consensuels dans le pays. Ajoutez à cela l’échec du référendum sur le divorce en 2011, que l’Eglise de Malte avait pourtant soutenu, et depuis, la gauche, dans un certain état de grâce, fait passer loi sur loi en faveur des LGBT.

Pourquoi pas la France ?

Toujours selon le Huff, on peut donc en conclure que le pays a bénéficié d’une gauche qui continue de se différencier sur ces sujets de société alors que les sujets économiques. Il faut voir que Malte a largement bénéficié de l’Europe depuis 2004 et de sa politique libérale. Le cas de la France est différent où, au contraire, l’Europe n’est plus en odeur de sainteté et où les clivages sur les sujets économiques sont importants. Le mariage pour tous serait-il passé si le gouvernement l’avait soumis à référendum ? Pas sûr, alors que la droite radicale, surfant sur des maladresses politiques, et l’Eglise ont réussi en 2012 à mobiliser leurs réseaux et à squatter la scène médiatique.

Le score français n’est pas si mauvais que cela. Même si on peut constater que partout, Malte compris, les progrès en matière d’accès pour les personnes trans à une sécurité sociale avantageuse sont encore très limités. Un vrai combat européen.

 

PARTAGER
Olivier Guérin
Rédacteur en chef de GENRES. J'aime la diversité, le foisonnement d'idées, rencontrer des gens et les faire converger, les mystères, la folie, la pensée chinoise, le Japon, et plus que tout, le fromage. Pour me contacter, refgenres@centrelgbtparis.org

Poster un commentaire

2 commentaires sur "Pourquoi il fait bon vivre à Malte (sans mariage pour tous)"

Notifiez-moi des
avatar
Guérin/Germain
Invité
Guérin/Germain

je lis peu tes articles mais je les apprécie beaucoup, tu es un auteur prolifique et j’aime quand tu dis que tu aimes la diversité,les rencontres de gens, le foisonnement d’idées et plus que tout ( le fromage). j’aime cette fraicheur d’esprit qui donne un peu de légèreté dans ce monde dans lequel nous vivons. Tu es bon vendeur pour un séjour a Malte mais en tant qu’adhérent a Randos, il me semble avoir entendu ton nom associé aux voyages. Je te promets de te lire davantage.
Tu déplores qu’un accord n’ai pu voir le jour concernant les archives des assos LGBT, moi de même, je suis le dépositaire des archives des Gais retraité, En mai 2017, j’ai donné mon accord pour une convention et depuis je suis sans nouvelles !! Bon je garde bon espoir.
Bien à toi
Michel

wpDiscuz