Il est temps de faire le point sur l’avancée des droits des personnes transgenres avec l’adoption récente par le parlement de la nouvelle loi « Justice du XXIe siècle ». Cette loi, en modifiant le code civil, ne prévoit pas un changement d’état civil fondé sur l’auto-détermination avec une procédure libre et gratuite en mairie mais elle n’obligera plus les personnes requérantes à fournir des attestations d’ordre médical lorsqu’elles feront leur demande auprès du tribunal de grande instance. Concernant le changement de prénom, il sera facilité puisque l’article 60 permettra désormais d’en faire la demande auprès d’un officier d’état civil.

Les associations vont plus loin dans leurs revendications (voir articles) en réclamant un accès libre et gratuit au changement d’état civil sur simple demande de la personne (suppression des obligations de traitement hormonal et du recours aux expertises médicales).

Il est également temps de constater l’évolution de la représentation sociale de la transidentité à travers les médias et heureusement aussi sur un plan moral et public.
Même si tout n’est pas parfait, la transidentité fait l’objet d’une visibilité accrue notamment dans le domaine de la mode et du mannequinat.
Il faudrait maintenant une « banalisation » à d’autres activités (lire à ce sujet la réussite de Sue Nabi) afin de démontrer qu’il peut y avoir plusieurs parcours de transition, avec ou sans hormones, avec ou sans chirurgie et une constellation d’identités trans hors des schémas qui classent dans deux seules catégories de genre stéréotypées.
Il ne faut pas oublier que derrière ce parcours de transition qui permet de devenir ce que l’on est, il faut beaucoup de volonté et de courage.
Bonne lecture.

Europe 1 : Changement d’état civil pour les transsexuels, une vraie avancée ?

Le Figaro : Changement d’état civil facilité mais la France en retard

Yagg :… Le combat doit continuer

360° : Suisse, première trans à l’assaut d’un exécutif cantonal

Le Monde  (accès partiel): Des jeunes Japonais « sans genre »

Le Monde : Sue Nabi Atypique Président de Lancôme

L’express : Qui sont les mannequins transgenres ?

Vogue : 15 choses à savoir sur Laith Ashley

PARTAGER
Frank Berenholc

10 ans avocat au barreau de Paris, 3 ans antiquaire/brocanteur aux Puces de Clignancourt et 30 ans professeur d’économie/gestion puis volontaire au Centre LGBT Paris IDF. Un parcours éclectique et diversifié mais toujours sensible aux droits et à la cause LGBT. Je me ressource grâce à la nature, la musique classique et les hommes en général et en particulier.