Les éditions Verticales viennent de publier cinquante-huit articles de Guy Hocquenghem, gauchiste et ex, homo et plus, mort du sida à 41 ans.
Ses textes sont parus dans des journaux et des magazines, Libération, Masques, Gai Pied Hebdo, Actuel, Tout !, L’Idiot liberté et le Figaro magazine, entre 1970 et 1987.
Comme de nombreux et nombreuses militant.es homos de cette époque, il eut de nombreuses activités, tout était à créer.
D’abord militant trotskiste mais homo, il participe à la création du FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) en 1971, au groupe Vive la Révolution et publie son premier roman, Le Désir homosexuel en 1972.
Il fut un touche à tout politique comme le montre les sujets de ses articles et l’explique fort bien la post-face de Antoine Idier qui vient de publier sa biographie.
Des textes de désabusé, d’un militant revenu de presque tout… À quoi peut donc servir la lucidité ?
À propos de 68 : Nous avons voulu la politique. La politique nous a recraché, dégueulés, souillés…, dans un article de 1972. Dans un autre de 1975 sur Sartre : J’ai travaillé pour des journaux gauchistes, je sais très bien ce qu’est l’usage utilitaire de l’écriture, simple véhicule d’une pensée « collective » juste, où le plaisir n’existe pas. 1976, une certaine idée de l’homosexualité : Verra-t-on des pédés, tout comme les femmes exigeant la condamnation des violeurs par des tribunaux, réclamer la protection de la loi ? (!), et en 1985 : Les pédés m’ont souvent fait penser à des rats. Des rats conditionnés…

Un journal de rêve,
Guy Hocquenghem
éditions Verticales – ISBN 978-2-07-270911-1 – 22 €