Pride, chroniques de la révolution gay

Cela commence fort, avec cette citation de Françoise d’Eaubonne : Vous dites que la société doit intégrer les homosexuels, moi, je dis que les homosexuels doivent désintégrer la société.

Érik Rémès est journaliste depuis les années 80, psychologue au sein d’ateliers d’expressions artistiques d’adolescents psychotiques, autistes ou trisomiques, auteur de livres — Je bande donc je suis, Serial Fucker, journal d’un barebaker —, d’essais dès les années 1999, et sexologue.

… 1992-2005, le projet de présenter un panorama tout à la fois parcellaire et exhaustif de la communauté gay, rendre compte d’une tranche d’histoire individuelle et collective riche et forte, peut-être la plus riche de l’histoire de la communauté gay…  Possible ? … Aujourd’hui, en 2017, la plupart de nos revendications ont été reconnues et la communauté gay est tombée dans une morbide léthargie. Même le marais gay, quartier historique de la communauté est en train de sombrer, vendu au grand capital. Le dormeur doit se réveiller.

Certains de ses textes, de 1992 à 2005, sont regroupés dans Pride, selon douze thèmes : visibilité, communauté, mariage, homoparentalité, homophobie, hétérophobie, politique, homonormativité, subversion, drogue, sexe, sida, prévention, bareback, années sida. Ils ont été publiés dans des journaux et des revues homos, Gai Pied, IB News, GaysNews, Ex æquo, Em@le, etc. ou proches comme Libé.

Il y développe des idées très réjouissantes, mais impossibles, comme la création d’un permis de reproduction hétérosexuelle, la lutte pour la suppression de tous les mariages, l’irrationalité du sexe, puis du développement du relapse et du bareback quand il parle du sida. …Qu’avant de respecter les autres, il faut se respecter soi-même. Or, être séropo, c’est avoir une blessure de l’estime de soi qui, bien souvent, peut empêcher tout respect. Cette loi [criminalisation de la transmission] ne protégera pas les « pauvres séronégatifs sans défense » face aux « méchants séropos contaminateurs ». (2005 IB News). Lutte contre la naphtaline et la morale des culs-bénits ! Oui, être libres est-ce dépendre de l’autre !

La postface de Régis Revenin, maître de conférence, revient d’ailleurs sur ces attaques contre Érik Rémès qu’il pense infondées sur le relapse et le bareback.

Pride – Chroniques de la révolution gay,
Erik Remes
Collection L’Attrape-Corps, La Musardine – 9782842717766 – 18€