Comment se font les rencontres les plus importantes ? Souvent par le plus grand des hasards.

Lisa Vignoli jeune journaliste va faire sa première chronique littéraire. Elle a choisi le livre de Pierre Grillet, parolier et auteur du Madame rêve de Bashung. Ce dernier évoque son ami Jean-Michel Gravier, journaliste, chroniqueur, critique cinématographique au Matin de Paris dans les années 80. Son collègue Bruce Toussaint (oui le Bruce de Canal puis de France 5), lui confie qu’il a débuté avec Gravier et que ce dernier fut son mentor.

Alors, la jeune femme poussée par une force irrésistible presque surnaturelle, va enquêter sur le cinéphile mort du sida en 1994. De son adolescence à Grenoble, à sa venue à Paris en 1978 où il connait des débuts professionnels difficiles, mais va rencontrer les bonnes personnes.

Il écrira régulièrement une chronique sur les nuits parisiennes où il égratigne les beautiful people qu’il croise lors de ses virées dans les endroits parisiens les plus branchés. Mais sa passion du cinéma est la plus forte et il découvre Diva de Jean-Jacques Beinex, dont il fait le succès. Ami intime d’Isabelle Adjani et de Barbara, c’est pourtant un garçon solitaire qui passe des moments difficiles oubliés de ses amis mondains qui ont la mémoire courte parfois. Le sida passera par lui et, adoptant la stratégie de l’ignorance et du déni, il sera rattrapé très vite par le virus…

Mais pas de pathos grandiloquent dans ce récit intimiste plein de grâce, qui ressuscite un garçon aux prises avec les anges et les démons de la décennie 80, et qui les affronte avec ses moyens. Juste quelqu’un de bien. De ceux que l’on aimerait croiser.

Lisa Vignoli a eu cette chance, et ce livre réveille tous les fantômes qui hantèrent le Palace et se brûlèrent les ailes pour un peu de chaleur.

Il y a fort à parier qu’aucun d’entre vous ne connaisse le nom de Jean-Michel Graveir. En refermant cette biographie non conformiste, il est certain que vous l’aimiez !

Parlez-moi encore de lui,
Lisa Vignoli
Stock