Difficile de ne pas enfiler les superlatifs lorsque l’on tourne les pages de ce précieux ouvrage. Difficile de ne pas se laisser submerger par une réelle émotion, lorsque l’on se surprend à soulever le voile pudique de l’intimité de quelques-uns de ces plus grands auteurs. Car c’est en effet, autour des figures de Marcel Proust, de Pierre Loti, Renaud Icard, Roger Peyrefitte et de Jean Genet que s’articule, le discours érudit de ces émois au masculin. Ce sont alors des cohortes d’apaches canailles, de marins querelleurs, d’antiques éphèbes, de lascifs bagnards ou de fiers militaires qui accompagnent les évocations de ces « Amours Secrètes », parfois clandestines, souvent discrètes mais toujours intenses et passionnées. C’est un éclairage sensible et la remise de clés de l’intime, jusque-là détenus par seulement quelques amateurs. Naviguant de palaces parisiens ou de la côte normande en d’interlopes lieux de débauches proustiens, poussant jusque dans des contrées plus lointaines et orientales, et même jusque derrière les barreaux au côté de Genet, Nicole Canet, archéologue du désir (pour emprunter sa jolie formule à Étienne Cance …) nous fait pénétrer au plus près des fantasmes du cœur et de l’esprit de ces écrivains. Généreusement illustré, l’ouvrage met en lumière des artistes aux œuvres comme ciselées pour accompagner les obsessions de ces âmes pour la compagnie et le corps des hommes. Où l’on découvre un Roger Peyrefitte, collectionneur et mécène du peintre Gaston Goor, où l’on voit s’entrecroiser dans de tumultueux dialogues et projets éditoriaux les illustrations de Jean Boullet et les mots de Jean Genet, où l’on se plaît à imaginer de particulières amitiés entre les hommes de Taormina photographiés par le baron Wilhelm von Gloeden et Roger Peyrefitte, où les noms d’Albert Le Cuziat, Joseph Bernard, Pierre Le Cor, Mario Parisi, Jean Decarnin ou encore le funambule Abdallah, ne sont pas que de lointaines inspirations, de vagues ombres, évocations perdus dans un ensemble littéraire, mais bien la constituante de chair et de sang d’une œuvre qui n’aurait jamais été sans ces rencontres, sans ses désirs, sans ces passions amoureuses qu’elles soient assouvies ou non, réelles ou fantasmes… où les traits de Paul Smara, les sanguines de René Bolliger se font la traduction littérale des emportements virils des mots de Genet, où les photographies de l’écrivain, mais aussi sculpteur, galeriste, architecte… Renaud Icard, se font le plus bel éclairage sur les attirances intimes de celui-ci, il est peut-être la plus méconnues des cinq figures de ce livre. La plupart des œuvres reproduites dans ce livre sont issues des collections de Nicole Canet, et sont proposées à la vente dans sa galerie parisienne « Au Bonheur du Jour ».

de gauche à droite :

  • Déshabillage, 1955 – auteur non identifié – fusain – 25,5 x18,5 cm (ancienne collection Roger Peyrefitte) – Galerie Au Bonheur du Jour
  • Pose, 1950 – Karel Egermeier (1904-1991) – Tirage argentique – 24 x18cm – Galerie Au Bonheur du Jour
  • Au vestiaire, 1960 – Niedergang – Encre – 32 x 24 cm – Galerie Au Bonheur du Jour


Amours Secrètes,
Nicole Canet

  • Textes de : Nicole Canet, Patrick Dubuis, Jean-Loup Salètes, Jean-Marc Barféty, Alexandre de Villiers
  • 327 illustrations couleur (dessins, peintures, documents, photographies et lettres)
  • édition limitée à 950 exemplaires
  • 408 pages
  • Éditions Galerie Au Bonheur du Jour
  • 79 €

http://www.aubonheurdujour.net
http://motsbouche.com/fr/beaux-Livres/26672-amours-secretes-dans-l-intimite-des-ecrivains-proust-loti-icard-peyrefitte-genet-9791093837000.html