Taïwan a célébré la plus grande pride d’Asie

L'île d'Asie du sud-est a organisé la plus grande marche des fiertés d'Asie, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes. Alors qu'aucun pays en Asie n'autorise aujourd'hui le mariage de même sexe, Taïwan est à la pointe.

Photo gaytaipei4u.com

A la pointe des droits LGBT+ en Asie

Le pays est pionnier en matière de droits pour les LGBT+. En mai dernier, dans une décision historique, la Cour constitutionnelle a en effet estimé qu’en affirmant qu’un contrat de mariage ne pouvait être conclu qu’entre un homme et une femme, le code civil « violait » les principes constitutionnels de liberté de mariage et d’égalité entre tous. Concrètement, la cour a donné deux ans au gouvernement pour mettre en oeuvre cette décision, c’est à dire autoriser le mariage de même sexe.

Des politiques mobilisé-e-s

Photo Tyrone Siu/Reuters

Le combat pour le mariage pour tous s’est intensifié ces dernières années. En 2015, l’artiste et professeur français Jacques Picoux se donnait la mort à Taïpei, capitale de Taïwan. A la mort de son compagnon Tseng Ching-chao, après trente-cinq ans de vie commune, il s’était retrouvé privé de tout droit et chassé de leur appartement. L’événement avait suscité un vif sentiment et un sursaut de militantisme.

Par ailleurs, la présidente Tsai Ing-wen, élue en 2016, avait ouvertement défendu le mariage pour tous et en avait fait une promesse de campagne. Aujourd’hui cette cause a le vent en poupe, fait malheureusement assez unique sur le continent asiatique. En espérant que ce mouvement initie une nouvelle dynamique dans les pays voisins.

Une frange de la population très hostile

L’île devrait ainsi innover en Asie, même si aujourd’hui les associations de défense des droits s’inquiètent de ce que rien n’a avancé depuis mai. Car l’île compte également une frange très conservatrice (représentée par « l’Alliance pour le bonheur de la prochaine génération ») qui, redoutant que le mariage pour tous ne détruise les valeurs de la famille, a organisé de grandes manifestations hostiles à toute évolution législative sur le sujet. Ainsi cette pride était l’occasion pour les participant-e-s de mettre la pression sur le gouvernement pour avancer plus rapidement sur le sujet.

Soutien des pays occidentaux

De nombreux pays, principalement européens (Union Européenne, France, Royaume-Uni, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, Espagne, Suède, Pays-Bas, Canada et Australie), ont affirmé au travers d’une déclaration commune leur soutien à cette marche et annoncé leur participation. Ils se sont exprimés au travers de leurs bureaux de représentation, Taïwan ne disposant toujours pas de liens diplomatiques officiels avec la plupart des pays du monde, du fait de la pression mise en oeuvre par la Chine.


VIDEO. Gay pride à Taiwan