Une traduction très attendue !

L’autobiographie de Wishart est parue en 1977, en langue anglaise. Il aura fallu attendre presque 40 ans pour qu’elle soit enfin traduite en français et pour qu’un éditeur prenne le risque de la publier !

Si le nom de ce peintre ne vous dit rien, ne vous détournez pas de cette autobiographie précieuse à plus d’un titre. Si ses toiles ne sont pas connues du grand-public, ce n’est pas son œuvre que l’on appréciera ici, mais le parcours d’un homme exceptionnel qui mena une vie extraordinaire, en se frottant à ce que le 20ème siècle a produit de mieux.

Peintre obsessionnel

Né en Angleterre dans les années 20, enfant éveillé et précoce, il atteint très rapidement la maturité artistique et peint de façon presque obsessionnelle. Parallèlement, parce qu’il baigne dans un milieu cosmopolite, il voyage dans les capitales européennes. Il s’installe à Paris, après Londres, pour suivre les cours d’une Ecole d’Art. Il prend conscience très rapidement de son ambivalence sexuelle et collectionne amants et maîtresses, tout en infiltrant les milieux intellectuels, artistiques et la grande bourgeoisie, qui sont souvent liés.

Des voyages extraordinaires…

Un parcours nomade s’en suivra, de spots illustres en lieux encore sauvages comme Saint-Tropez, alors petit port paisible, qui vont entrer dans la légende. Il épouse une femme exceptionnelle, aura un fils.

…aux paradis artificiels

Mais il sombre dans l’alcool et la drogue, et peint toujours avec frénésie !

Une vie de bohème, qu’on pourra juger « facile », mais ponctuée de rencontres avec des génies de l’Art (Lucian Freud, Francis Bacon, Cocteau, Utrillo…) sauvée par un regard tout à la fois incisif et émerveillé sur ces expériences rares. Et toujours cette bienveillance qui fait de cette autobiographie un régal, dont la sincérité et le franc-parler sont les ingrédients. Une grâce infinie enveloppe ces écrits d’un homme attirant à plus d’un titre.

L’envie d’une recherche sur Google pour découvrir l’œuvre de Michael Wishart vous saisit ? C’est aussi ça la magie de cette autobiographie !

Le saut de l’Ange
Autobiographie de Michael Wishart
Traduit de l’Anglais par Catherine Piola
Payot