Au moment où sort sur les écrans l’adaptation très libre du premier « roman » d’Edouard Louis, réalisée par Anne Fontaine, Marvin ou la belle éducation, retournons-nous sur ce livre coup de poing, qui a bouleversé le paysage littéraire.

Une enfance misérable

un long cri de haine qui pénètre notre cortex et qui ne nous lâchera pas jusqu’au dernier mot

Edouard Louis raconte une enfance sans amour, sans tendresse, sans repère… une famille pire que les Groseillle de La vie est un long fleuve tranquille, ancrée dans son inculture, son manque d’ambition… Sa vie triste et morne, dominée par le machisme et la méchanceté, donc la peur. Etre différent dans ce cloaque est la pire des injures pour ceux qui sont soumis au regard des autres, à la vindicte populaire qui détruit les « anormaux ».

Edouard Louis

Le jeune Eddy parce qu’il est efféminé est catalogué pédé et est, donc, la honte de la famille. D’humiliations en sévices, ils lui font la vie dure. Au collège, c’est la tête de Turc des « normaux » qui lui font payer le prix fort…

La tentative d’être un autre

Peu à peu, le dégoût de ce qu’il est s’immisce en lui et il tente de se calquer sur ses copains virils ; il parvient à intégrer une bande… Il tente de jouer les hétéros. Jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il en dans l’erreur et qu’il doit partir pour vivre enfin SA vie. Car sans spoiler l’intrigue, le narrateur rencontrera des personnages bienveillants et déterminants..

Un long cri de haine

Le récit est fluide, un long cri de haine qui pénètre notre cortex et qui ne nous lâchera pas jusqu’au dernier mot. A part quelques digressions … ce tableau sans concession d’une France des oubliés, des sans voix, de ceux qui votent FN, est fidèle, sans excès. Même si l’on peut rétorquer que cette France est vue à travers le prisme (déformant ?) de la haine et de la souffrance de l’auteur, nous savons tous qu’elle existe. Nous en avons tous l’expérience. Ou alors c’est que nous portons des œillères…

On ne sort pas indemne de la lecture de ce récit autobiographique, tout comme les images de Marvin nous hanteront longtemps.


Pour en finir avec Eddy Bellegueule
Edouard Louis
Point

Marvin ou la belle éducation
Anne Fontaine
Sur les écrans depuis le 22 novembre 2017