Rencontre avec un défricheur que rien n’arrête.

On peut s’égarer dans les nombreuses formes artistiques que tu proposes, alors dis-nous quelle est ta démarche ?

Il est vrai qu’en France j’ai l’impression qu’on a toujours besoin d’entrer dans une case précise, au risque de perdre les gens. Moi, j’ai un besoin de créativité permanent, besoin qui n’est pas satisfait par mon métier de comédien.

Je dirais que c’est une créativité en mouvement : je ne me pose pas de question, je ne me mets pas de limite, pas de cadre, j’essaye simplement d’exprimer quelque chose de sincère et les différents thèmes de mon travail sont les facettes d’une seule et même œuvre mais qui se multiplie, qui est transgenre, parce que justement je n’aime pas être dans une case. J’ai besoin de liberté. Je me sens bien dans cette créativité sans freins, sans censure (excepté sur les réseaux sociaux), en allant exactement à l’endroit où j’ai envie d’aller. Et si les gens se perdent tant mieux, cela veut dire qu’ils vont perdre leurs repères et pourront être ainsi ouverts à autre chose. En tout cas, je ne suis pas perdu et je sais exactement où je vais, qu’il s’agisse de photographie, d’autoportraits, de portraits, de collages, de couleur, de noir et blanc.

L’ambiguïté, l’identité et le genre sont tes thèmes fétiches. Raconte-nous ce que ces mots évoquent et pourquoi sont-ils des accélérateurs pour ta créativité ?

Un des thèmes récurrents de mon travail artistique est en effet la question du genre et de ses frontières, que je souhaiterais plus fluctuantes. Comment nous identifions-nous nous-mêmes et comment l’autre nous perçoit-t-il ? Le genre nous définit-il ? Peut-il être défini ? Est-il naturel ou culturel ?

Je regroupe les mots identité, genre et ambiguïté sous le terme « Queer ». Ils sont en effet des accélérateurs de créativité car pour moi être Queer, être un artiste Queer, c’est refuser d’être dans la norme, tout simplement. Refuser d’être dans une hétéronormativité que la société voudrait nous imposer dès la naissance. Et c’est la raison qui me pousse à créer. Montrer que l’on peut être autre chose que ce que l’on voudrait nous forcer à être. À l’époque à laquelle nous vivons, où il semble y avoir une régression à tous les niveaux, et notamment une régression morale, je pense qu’il est important de m’affirmer en tant qu’artiste Queer pour montrer que des artistes différents existent, et espérer que d’autres se reconnaîtront à travers nous, à travers notre œuvre.

Je vous invite d’ailleurs à découvrir le site web du Collectif d’Artistes Queer Internationaux ‘Balaclava.q’, dont je suis directeur artistique pour la France : https://balaclavadotq.com

Tu dis que tu ne cherches pas à provoquer mais à comprendre qui tu es. N’est pas un peu égocentrique ?

Oscar Wilde dit dans sa préface du « Portrait de Dorian Gray »: « Un artiste est un créateur de belles choses. Révéler l’Art en cachant l’artiste, tel est le but de l’Art. »

Je crois que je cherche à partager ma vision du beau, tout simplement.

Je pense que tout artiste créé à partir de ce qu’il est, de son vécu, de ses expériences, de son appréhension de la vie. Cela fait-il de l’artiste quelqu’un d’égocentrique, je ne pense pas. Étant comédien, mon corps est mon outil de travail, c’est donc tout naturellement que je l’utilise dans ma recherche photographique. Je ne vois plus alors ma propre personne, mais un personnage que je mets en scène.

Aurais-tu un ou des modèles en matière artistique ?

Non, je n’ai pas de modèles à proprement parler. Des influences multiples, bien évidemment, et souvent plus cinématographiques que photographiques ou picturales. Et puis, j’ingurgite une quantité phénoménale d’images par jour, via le net.

Je pense que chaque artiste ne fait que reformuler inconsciemment à sa manière la somme des choses qu’il a vues, qui l’ont bouleversé, auxquelles il a été sensible.

Il m’arrive aussi de faire des hommages à certains artistes comme je l’ai fait avec Pierre Molinier, Andy Warhol où John Stezaker, par exemple, mais ce sont toujours des hommages revendiqués et assumés.

Alors guettez les expositions dans les galeries. Emmanuel est très actif et expose partout dans le monde, mais aussi à Paris.

http://www.emmanuelbarrouyer.com/
http://www.emmanuelbarrouyerart.com/