WANG Xiaochuan, né en 1987 à Heilongjiang, a été diplômé en arts plastiques de l’École des Beaux-Arts de Xi’an en 2014. Depuis, il poursuit ses études en France. Wang Xiaochun présente une dizaine de peintures sur toile et sur papier en technique mixte pour présenter sa vision de l’. Beaucoup de couleurs pour toutes les facettes de la vie et pour rendre la vie plus gaie. L’ de ce jeune chinois, dans le plus ancien lieu gay de Paris, donnera une couleur particulière à cette 4ème édition de la Semaine LGBT chinoise.

Tu es né à Heilongjiang au nord de la en 1987. Quel est ton parcours artistique ?

Dès l’âge de six ans, ma mère a fait venir à la maison un professeur pour m’initier à l’art de la peinture chinoise. J’ai été fasciné par les mélanges de couleurs, pouvoir créer mon propre univers.

Peindre est devenu une passion, j’ai donc passé un concours pour entrer à l’École des Beaux-Arts de Xi’an (dans le centre de la Chine). J’ai obtenu mon master en trois ans.

Pour pouvoir continuer à progresser dans mon art, il était indispensable, pour moi, de venir en France pour pouvoir apprendre les techniques européennes. Je me suis donc inscrit à l’École des Beaux-Arts de Versailles pour 3 ans dans le but de me perfectionner.

Ton exposition de peinture aura lieu du 5 janvier au 8 février 2018 (vernissage le jeudi 1 février 2018 à 19h), dans le cadre de la 4e Semaine LGBT chinoise, au Duplex, le plus ancien lieu gay à Paris. Quelle est l’idée de cette exposition ?

Il est important, à mes yeux, de mettre en avant l’homosexualité chinoise tant par des expositions que par des films, ainsi que d’avoir des moments d’échanges avec le public. Exposer dans l’un des plus anciens lieux gays de Paris, c’est comme faire partie intégrante de cette communauté sans aucune distinction.

Que souhaites-tu exprimer à travers tes œuvres ?

Mes œuvres sont assez simples en fait : j’y parle d’homosexualité, surtout la mienne… comment je la perçois, comment elle me fait vivre, vibrer.

Parfois, certaines peintures ne reflètent que mes journées passées avec mes amis.

J’aime le fait que l’on puisse s’approprier mes peintures comme le fait qu’elles délivrent parfois un message très simple.

Tu t’es installé à Paris en 2015. Tu aimes ta vie ici ?

Paris est une ville où la culture s’expose à chaque coin de rue. Les musées, les galeries, les concerts, les expositions permanentes ou temporaires, j’aime me nourrir de tous les arts que propose cette ville. Et puis, la communauté chinoise est assez importante donc cela m’a permis de ne pas me retrouver seul.

Comment vit-on en tant que gay en Chine ? Quelles sont les différences avec la France ?

En Chine, l’homosexualité n’est pas pénalisée, mais elle reste très mal vue. Les bars gays, dans les grandes villes, restent relativement cachés. En France, c’est agréable de pouvoir vivre son homosexualité tranquillement, sans trop de problèmes.

Exposition de WANG Xiaochuan : Les Couleurs gaies
Du 08 janvier au 05 février 2018,
Vernissage le jeudi 1er février 2018
Le Duplex, 25 rue Michel-le-Comte, Paris 3ème