Qui est le peintre David Hockney ?

Si comme moi, vous ne connaissez de David Hockney que ces immenses toiles lumineuses, où l’eau des piscines d’un bleu intense invite des jeunes éphèbes à exhiber leur plastique impeccable… vous ne savez que peu de choses de la vie et de l’œuvre de ce peintre britannique majeur. Ou peut-être avez-vous été happé par ce qui a été une thématique essentielle, dans son immense production picturale.

Alors la biographie écrite par Catherine Cusset est faîte pour vous en apprendre un peu plus…

Car disons-le franchement, cette Vie de David Hockney est tout à fait digeste, mais manque cruellement de saveur.

Les évènements, rien que les faits

Ecrite en respectant la chronologie des faits, on apprend a connaître le jeune David, on appréhende son entrée en peinture, ses premiers tatonnements, ses succès successifs qui arrivent très vite. Sa découverte de New-York, puis de Los Angeles où il vivra un temps, sont des éléments fondateurs de son style pictural et de son sujet fétiche : les piscines, qui sont foison en Californie, et liées à son mode vie.

Homosexuel et fier de l’être

Mais c’est avant tout la découverte de son orientation sexuelle qui sera le déclencheur de son travail pictural intense.

En effet, David accepte sans tiraillements et culpabilité son homosexualité et vit l’éffervescence des années 60 à Londres, le fameux Swinging London. Il se frotte à l’excentricité ambiante et croise les artistes phares de ces années là. Mais cette débauche de fêtes en tout genre ne contrarie d’aucune manière son travail. Au contraire, elle le nourrit.

Sa grande passion amoureuse demeure Peter, tout juste âgé de 18 ans, avec qui il vivra une relation entière et totale, dont il fera son modèle, mais qui le quittera au bout de plusieurs années d’une passion exclusive.

David est donc un artiste prolixe, très fécond. Et reconnu. De nombreuses rétrospectives sont organisées à Londres, comme de l’autre côté de l’Atlantique.

Une biographie trop classique

Mais voilà, le travail de Catherine Cusset manque cruellement de parti-pris, d’analyses plus fouillées de certains aspects de la personnalité complexe du peintre.

On eu préférer peut-être une construction moins narrative, plus analytique, plus personnelle et s’attarder sur des éléments clés du style Hockney.

Et que dire du film A Bigger Spash, réalisé par Jacques Hazan, qui suivit le peintre et ses amis intimes pendant plusieurs années (de 71 à 73) ? Entre documentaire et fiction, c’est un OVNI cinématographique, expérimental, qui ne laisse pas indifférent et qui témoigne de l’énergie de ces années…

Il est à peine mentionné dans la biographie, alors qu’il a forcément été une expérience singulière pour le peintre  !

Reste un récit certes pédagogique mais lisse et sans aspérités.

Vie de David Hockney,
Catherine Cusset
Gallimard