Call me by your name, le meilleur film de l’année

Dans quelques jours, vous risquez d’être assailli par les promos, infos, photos, et vidéos, dédiés à la sortie du film Call me by your name, réalisé par Luca Guadagnino, dont la bande annonce envahit déjà les réseaux sociaux. Cette super production présentée au Festival de Sundance, à Berlin a remporte le Grand Prix du Festival Chéries-Chéris 2017. C’est pour le journal anglais The Guardian le meilleur film de l’année 2017 ! Rien que ca ! Il faut dire que les deux acteurs principaux sont craquants…

Un roman inoubliable paru en 2007

Mais bien avant que le film fasse le buzz, il y eut un roman américain de André Aciman, édité en 2007 par les éditions de l’Olivier sous le titre Plus tard ou jamais !

Ça a été pour moi comme pour beaucoup de lecteurs, un vrai coup de cœur. L’histoire se déroule en Italie, au bord de la mer dans une époque indéfinie (mais qui n’est pas la nôtre puisqu’on n’y parle pas portable, ordinateur, internet..).. On peut situer l’intrigue dans les années 70, ou 80, (90?), dans une cité balnéaire où la famille d’Elio, adolescent déluré ou mutique, selon les situations, possède une maison de vacances luxueuse.

Le père est un grand professeur et un chercheur, qui tous les étés, accueille un étudiant, qui l’aide dans ses travaux, en échange de vacances idylliques dans ce cadre privilégié.

Cet été, c’est le bel Oliver qui se présente à la porte de la propriété familiale et dès qu’il l’aperçoit, Elio n’a plus qu’une idée en tête : coucher avec lui après l’avoir séduit.

Va s’en suivre une lente approche, une séduction hésitante, des non-dits, des confusions, des illusions… pendant une période qui nous parait infinie… puisque les approches d’Elio sont à chaque fois des coups d’épée dans l’eau et qu’il n’arrive pas ses fins. Un jeu du chat et de la souris ou les deux protagonistes se jaugent, se calculent… un jeu d’échecs où Elio déploie des trésors de stratégie pour gagner la partie et le corps d’Oliver…

Bien plus qu’un amour d’été

Mais nous nous y trompons pas, le roman d’Aciman est bien plus qu’une romance d’été. Ecrit avec une plume acérée, avec un vocabulaire tour à tour cru et poétique, le style en est épuré et donne la pleine mesure à la psychologie trouble de cet adolescent qui se cherche.

Dans une ambiance idéalisée de vacances ensoleillées, un drame dont la tension est palpable se déroule.

Tout est tellement grave durant l’adolescence et dans ce roman d’apprentissage, l’initiation d’Elio a l’amour prend des airs de duel dont il sortira vainqueur ou perdant, mais à tout jamais différent.

Surfant sur l’événement que représente la sortie du film en France, Grasset réédite le texte de André Aciman sous le titre Appelle-moi par ton nom. Ne le ratez pas cette fois-ci !

Appelle-moi par ton nom,
André Aciman
Grasset