Ode au corps des hommes

« les hommes pleurent à la salle de sport
déclenchent le sèche-mains pour couvrir
le bruit de leurs sanglots, leurs cœurs sont devenus trop lourds
pour leurs torses, leurs torses sont devenus trop larges
pour leurs tee-shirts, ils s’habillent comme des gamins
qui auraient oublié d’apporter leur tenue pour l’entraînement »

Vingt-cinq poèmes pour dire et raconter le corps des hommes, leurs désirs, leur jouissance et leur solitude. Andrew McMillan les observe dans leur intimité, en famille, en groupe,  ou encore dans des bars interlopes. Il les croque (au propre comme au figuré), avec justesse dans une langue parfois crue, souvent tendre, toujours amoureuse…
Une bouleversante ode au corps masculin qui porte un regard poétique sur l’homme moderne, sa sexualité et sa quête du bonheur.

Un skinhead peut cacher un poète !

Andrew McMillan, trentenaire britannique enseigne l’écriture à Manchester. Ce premier recueil de poèmes a été célébré et a reçu de nombreuses distinctions. Ne vous fiez pas à son look de skinhead british car il pourrait bien révéler la sensibilité d’un grand poète contemporain.

Traduit par le grand Philippe Besson

Les vers d’Andrew McMillan sont admirablement transposés en français par l’écrivain Philippe Besson, qu’on ne présente plus. Il s’attaque à sa toute première traduction sans fléchir. Mission superbement réussie !

Un bijou ciselé, parfois déroutant par la forme totalement iconoclaste, un chant d’amour pour les hommes que Genet n’aurait pas renié.

A noter que le recueil est édité en Français et en Anglais, afin que les anglophones gouttent le sel original des vers d’Andrew McMilan


Le corps des Hommes
Andrew McMilan
Traduit par Philippe Besson
Grasset