Arrêter ou continuer son chemin ?
Une passade ou le résultat d’un brin ?
De folie dirais-tu ? Pourtant je suis bien,
un être qui va vers son destin d’amphibien.

Parcours souvent très difficile, je suis brave.
Sans doute moins facile que nos amis les trav.
Sans cesse mis en question, sans cesse détourner,
de notre identité, notre souveraineté.

D’une personne à une autre discussion
on est tous sujet pour notre association,
d’échanges pantagruesques mis au Centre.
Hey ! Non ! Ça ne se passe pas sous le bas-ventre.

Entendre les commérages, ils sont très forts.
Je suis vaillant sans faire le moindre effort,
il suffit de laisser faire, ou bien une claque
pédagogique bien sûr, je n’ai pas le trac.

Viens à moi ! Discutons, nous verrons bien.
Le temps est au beau fixe, revenons au « brin ».
Alors ? j’ai le cul entre deux chaises, debout ?
Bon allez ! Les Bi, dans la nature, un tout.

Il y en a partout ! Des chèvres aux insectes.
Je transpose juste parfois mon bon affect,
d’une personne à l’autre, d’un genre vers un autre.
Mais t’inquiète, je ne suis pas du tout apôtre.

J’ai pourtant une foi, mais elle me concerne.
Tu sauras que beaucoup de bi ont des cernes.
Maintenant je m’assoie, proche, tout près de toi.
Tu as peut-être peu de questions pour moi ?

Si c’est le cas je te répondrai en face,
souvent je vais au-delà de la surface.
Notre parcours est parfois discontinu,
alors cela, je l’arrête ou continue ?