boite

Mai 82, la fin d’une époque

Cette fois, il jette donc l’éponge, toujours en fustigeant ce monde qu’il a de plus en plus de mal à comprendre. Il ferme le club qui permet encore chaque semaine de se retrouver, échanger, danser… Le club était né en 1957, trois ans après la création de la revue Arcadie. La société CLESPALA avait pour objet la gestion d’un « club privé visant à permettre à tous nos amis de se connaître dans une ambiance de sécurité, d’amitié, pour le grand bien de tous » et désignait André Baudry comme « le seul responsable sur le plan moral ». D’abord installée dans un appartement de 4 pièces derrière la place de la République à Paris, au 19 rue Béranger, elle avait déménagé en 1969 dans un ancien théâtre de quartier près de la mairie du Xème arrondissement. Tous les dimanches, ses bals avaient longtemps été un grand rendez-vous des homos ; ses membres étaient tenus de s’abonner à la revue Arcadie, et devaient surtout bien...

Jean-Paul Amouroux : parcours d’un militant hors norme

Pas facile d'être homo au début des années 70. Jean-Paul Amouroux, jeune étudiant à Nanterre, fréquente le club très fermé Arcadie, qui réunit les "homophiles" (ou comment poser un voile pudique sur les relations entre personnes du même sexe), une fois par semaine dans le 10ème arrondissement de Paris. 1974 : La création du GLH Très vite, il lie des contacts avec quelques fortes personnalités qui décident de s'émanciper. Ils fondent en 1974 Philandros. L'association devient très rapidement le GLH (Groupe de Libération Homosexuelle), pour envoyer un message aux lesbiennes, qui cependant, ne rejoindront pas les rangs... Sous l'impulsion de Michel Heim (aujourd'hui à la tête des Caramels fous, une troupe théâtrale très colorée), le GLH travaille à la visibilité des homos en distribuant des tracts sur les marchés Parisiens. Engueulades, lutte de pouvoir, trahisons, seront le lot du jeune Groupe, qui est rejoint par des nouvelles énergies et donc de nouveaux ambitieux... Jean-Paul partira à l'armée, puis sera nommé prof en Picardie. Il prendra de la distance avec le militantisme... Les CUARH...

Savez-vous d’où vient le drapeau arc-en-ciel ?

Gilbert Baker était un artiste américain qui a marqué et représenté le mouvement LGBT. Mettant à profit ses talents en couture, il avait inventé le "rainbow flag", le célèbre drapeau aux huit couleurs pour la journée de la liberté homosexuelle à la fin des années 70, un événement qui a ensuite inspiré les gay prides qui sont devenues des institutions à travers le monde.   Harvey Milk était un homme politique et un militant américain pour les droits des LGBT. Il fut le premier élu conseiller municipal ouvertement homosexuel de la ville de San Francisco. Il a été assassiné avec le maire de San Francisco, George Moscone, le 27 novembre 1978. A San Francisco, il avait notamment participé au mouvement pour les droits des homos au début des années 70, époque à laquelle il avait rencontré des figures importantes du mouvement, dont Harvey Milk. Les couleurs de l'arc-en-ciel du drapeau reflètent la diversité de la communauté LGBT. Lorsque Gilbert Baker a soulevé le drapeau arc-en-ciel à San Francisco le 25 juin 1978, il...

Mai 89, les homos font Salon

En 1989, Gai Pied Hebdo fête ses 10 ans. A cette occasion, le journal lance un événement fédérateur d’un monde militant très morcelé à la fin des années 80. Un événement appelé à se répéter et qui deviendra l’un des plus vivants meetings gais européens, le Salon de l’Homosocialité. Pendant deux jours, le samedi 27 et le dimanche 28 mai 1989, les homos vont investir le Cirque d’Hiver à Paris, pour débattre, danser, draguer… Cinéma et fête au cœur du projet Le programme commence dès le mercredi 24, avec la diffusion, pendant toute une semaine, d’un film gai chaque jour, au cinéma L’Entrepôt. Y sont proposés My Beautiful Laundrette, Once More, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça, L’homme blessé… C’est même toute une nuit gaie qui y est organisée du vendredi soir au samedi matin. Le samedi, le public se retrouve l’après-midi rue Amelot pour débattre avec Yves Charfe, rédacteur en chef du journal, et découvrir le Club des lecteurs de GPH. Mais le moment le...
St Marks baths février 84

Février 1984, fermeture de saunas US

Ils visent à obtenir l’organisation d’un référendum sur le sujet, en même temps que les prochaines élections municipales. La maire de la ville, Dianne Feinstein, évite de trancher elle-même, et confie une mission d’étude au docteur Mervyn F. Silverman, chef des services de santé de la ville, qui pourra, s’il le juge nécessaire, lancer un arrêté municipal pour fermer tout établissement jugé dangereux pour la santé publique. Au-delà de San Francisco, les saunas sont dans l’œil du cyclone dans la totalité des Etats-Unis. Les ligues de moralité prennent prétexte du danger sanitaire pour réclamer la fermeture de tous les lieux de promiscuité sexuelle. Ceci alors même que les clients se montrent de plus en plus frileux, que la fréquentation des saunas baisse d’elle-même et que les rapports y deviennent de plus en plus prudents. Les militants dénoncent une opération masquée de nettoyage puritain avant la convention démocrate prévue en juillet dans la ville Aussi, les propriétaires s’efforcent très vite de diffuser des campagnes de prévention au sein...

Novembre 1981, première crise à radio Fréquence Gaie

Revenons au début des années 80, et aux débuts de feu la radio homo parisienne... En juillet 1981, l’association Fréquence Gaie est créée, anticipant la libération de la bande FM et l’autorisation des radios libres, promises par le nouveau Président, François Mitterrand. Elle est soutenue par Patrick Oger, qui finance les installations et la location d’un petit appartement rue de Belleville. La diffusion commence dès le 10 septembre, et c’est un vrai succès. Très vite, plus de 100 personnes participent à l’animation de la station, qui au bout de 6 mois sera écoutée par 40.000 auditeurs chaque semaine et rentrera dans le peloton de tête des radios libres les plus écoutées en Ile-de-France… Mais en interne, la situation se tend très rapidement. De plus en plus de collaborateurs reprochent à leur nouveau président son culte du secret : il s’obstine à garder l’anonymat (officiellement, on ne doit parler que de « Patrick O. » dans les médias), ce qui est vécu comme une trahison ; sa...

Le beau livre #11, Garçons de joie, Nicole Canet

Il est dans les villes des endroits rares et précieux, des endroits que l’on ne voudrait n’avoir que pour soi, et dont on rechigne à donner l’adresse : la galerie de Nicole Canet, « Au bonheur du jour » est de ceux-là. Là où s’épanchent sur papier les désirs, là où sursaute d’un trait d’encre, d’inavouées passions, de curieux chromos et des obsessions derrière les crayons… dans sa nouvelle exposition « Garçons de joie » qu’accompagne la parution d’un ouvrage au titre éponyme, la promesse est tenue. Et c’est Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, mais aussi l’auteur de « La mauvaise vie » qui signe la préface de cet ouvrage dans un texte tout en suggestion, il y écrit notamment « L’un des grands mérites de Nicole Canet (…) est de nous rapporter des images insolites de ces temps envolés, de ces lieux qu’on ne trouve plus, de tous ceux qui ont écrit sans le savoir une histoire qu’on ne raconte guère. » Pousser les portes de ce bar un peu...
Act up paris die in

Comment Act Up a dynamité la France de 1989

Samedi 24 juin 1989 : alors que la Lesbian & Gay Pride défile dans les rues de Paris, une quinzaine d’individus investissent la Marche, arborant un T-shirt noir orné d’un triangle rose retourné, sous-titré « Silence = Mort ». Arrivés devant le Louvre, ils s’étendent sur le sol et font les morts devant les caméras de télévision, ravies. Un nouveau mode d’action arrive en France. Act Up-Paris est née… Act Up a vu le jour à New-York en 1987, sous l’impulsion de Larry Kramer, déjà à l’origine du Gay Men’s Health Crisis. Elle compte désormais une quarantaine d’antennes à travers les États-Unis, notamment à San Francisco. Act Up-Londres est née en janvier 1989. En France, l’association est créée par Didier Lestrade (son premier président), Luc Coulavin et Pascal Loubet (Bureau). Les trois sont journalistes et veulent mettre en place un groupe de pression politique et de pression sur les médias. Un groupe homosexuel beaucoup plus combatif que les associations déjà présentes, consacrées à l’aide aux...

Petite et grande histoire des droits : Rome antique (4)

À la différence de la Grèce, chez les Romains, la référence essentielle était dominant / dominé - pénétrant /pénétré - famé / infamie - uirtus /mollitias bref toute la « masculinité » sociale est l’identifiant. Les statuts étaient « simples », la sexualité binaire : pénétration ou non, hommes libres d’un côté et femmes, esclaves et leurs enfants, enfants de moins de 12 ans, affranchis de l’autre… Les garçons étaient citoyens dès 14 ans et le mariage était possible dès l’âge de 12 ans, les pueri delicati étaient alors affranchis. La procréation était mise en avant, mais si pour les femmes la norme est le non-plaisir pour les hommes, éphèbes et prostituées sont courants. Les mères de trois enfants étaient, à partir du 1er siècle av., juridiquement émancipées et au 1er siècle Domitien interdit la castration des esclaves qui pouvaient servir à certaines femmes mariées riches. Fellation et cunnilingus étaient des actes dits avilissants. - 227 la loi Scatinia, attribuée à C. Scantinius, tribun du peuple, ne prévoyait qu’une peine d’amende pour les...