Chroniques

Avoir beaucoup de choses à dire, sur tout plein de choses… apporter un nouvel éclairage sur le monde.

Portraits de Grindr : « pour vrai mec, look hétéro »

La masculinité à travers la virilité Parmi les gays, qui n'a pas été embarqué dans la grande lessiveuse Grindr ? Avant tout, un grand jeu aux codes précis et immuable, qu'on a tôt fait de réaliser, souvent à nos dépens. Marc Jahjah fait une analyse intéressante de la question de la virilité sur les applis de rencontres gays. Alors, vous y retrouvez-vous ? Dans les échanges ou sur les profils, la question de la virilité est obsédante : c'est comme si la masculinité ne pouvait avoir qu'une forme (virile). Question sans interrogation possible : comme l'objectif supposé ("on n'est pas là pour discuter"), elle a été soustraite au débat public. L'évoquer conduit à une tautologie ("ben un vrai mec c'est un mec mec quoi, look hétéro") ou au rappel du fonctionnement implicite du dispositif ("pas là pour philosopher")... La suite est à lire sur le blog de Marc Jahjah

A New York, chez Mister Biggs

Sur l'élection de Monsieur Trump, j'ai fait ce que beaucoup ont dit qu'ils feraient (mais n'ont pas vraiment fait) : j'ai quitté les États-Unis et j’ai déménagé en France. C'était un peu plus facile pour moi en tout cas car j'ai un mari irlandais qui peut maintenant travailler entre Paris, Londres et New York. Je suis écrivain. La transition vers nos nouvelles vies a été parfois difficile, souvent hilarante, de temps en temps déconcertante et toujours amusante. Les États-Unis ou New York ne m’ont pas (trop) manqué... sauf un endroit : Mister Biggs, au coin de la 10e Avenue et de la 43e rue. Mister Bigg’s ne semble pas avoir d’équivalent à Paris. Je ne sais pas pourquoi... Repaire du week-end Il y a longtemps, c'était notre repaire du week-end. Nous avons toujours eu la table du coin, de sorte que nous pouvions boire, manger, visiter avec des amis, et observer les événements en permanence véritablement étranges de notre quartier de Hells Kitchen : une élégante jeune femme...

La biographie plombée d’un écrivain maudit

Si Guillaume Dustan fut un feu de paille dans l'univers littéraire, il s'imposa comme un sacré trublion qui parvint à force de coups d'éclat, de scandales, de provocations... à obtenir une reconnaissance médiatique qui ne reposait pas sur la dimension de son œuvre mais sur la noirceur du propos. Dans les années 90, Guillaume Dustan donc, écrivain séropositif - ou l'inverse - surfa sur la baise sans capote, communément appelée bareback. Ses prises de position déclenchèrent d'une part la concupiscence de Thierry Ardisson, de Technikart... tous ces médias et journalistes à la recherche du sensationnel qui l'adoubèrent, pendant que dans le même temps l'association de lutte contre le sida Act-Up en fit son ennemi juré. Pour incarner ce combat, on opposa Dustan et Didier Lestrade, président emblématique de l'association. Les écrits de Dustan (moins d'une dizaine de textes d'autofiction), un genre dont il promut la reconnaissance à travers la collection Le Rayon Gay qu'il dirigea au sein de la maison d'édition aujourd'hui défunte Balland, ne furent pas,...

En août 1982 naissaient les Gay Games

Tous sont venus applaudir le défilé des 1300 athlètes des deux sexes, représentant de 15 pays, qui vont s’affronter jusqu’au 5 septembre dans 17 disciplines différentes. Une torche olympique est partie le 13 juin de New York, symboliquement allumée devant le Stonewall Inn, à Christopher Street. Elle entre finalement dans le stade, portée par deux anciens compétiteurs des JO, George Frenn et Susan Mc Greivy. La cérémonie se tient en présence de Doris Ward, adjointe à la maire de San Francisco et de Phil Burton, député républicain. C’est Tina Turner en personne qui anime le show de la soirée. Ces jeux d’un nouveau genre ont été organisés par Tom Waddell, capitaine de l’équipe américaine de décathlon aux JO de Mexico en 1968. Ils visent à promouvoir la confraternité gaie à travers le sport. Bien sûr, le 9 août, un tribunal saisi par le Comité Olympique américain a refusé que cet événement utilise le qualificatif « olympique ». Qu’importe, le succès reste au rendez-vous. Et 10.000 personnes...

40 jours avec des LGBT et des familles homoparentales en Chine

Nous avons décidé de mettre notre vie quotidienne sur pause pour faire un tour du monde d’août 2017 à juillet 2018. Nous nous offrons le cadeau le plus précieux dans ce monde contemporain: du TEMPS. Du temps pour être ensemble, du temps pour discuter avec des inconnus, du temps pour découvrir et du temps pour réfléchir. Alors que nous rêvions ensemble à ce tour du monde, nous avons réalisé que nous voulions donner un sens à cette incroyable aventure. Nous avons eu toutes les deux la même idée: aller rencontrer des familles comme la nôtre (« familles homoparentales » ou «familles arc-en-ciel») et créer un blog pour parler de leur vie quotidienne en famille, de leurs droits dans leur pays, de leur mobilisation pour faire évoluer ces droits. Natacha, Sara et Sacha Comment tout a commencé ? En décembre 2016, Natacha a trouvé un article d’Anthony Kuhn sur un couple de lesbiennes chinoises qui viennent d’avoir des jumeaux. Natacha a contacté ce journaliste qui lui a donné le contact de Rui (une des deux...

En Tchétchénie, la disparition du chanteur gay Zelimkhan Bakaev inquiète

Retrouvez le travail et l’humour de Nawak au quotidien sur son blog Disparu depuis le 8 août, l'artiste de 26 ans Zelimkhan Bakaev aurait été assassiné par les autorités tchétchènes en raison de son homosexualité. Une version fermement démentie par le pouvoir. Ce n'est pas la première fois que la Tchétchénie, sous l’œil bienveillant de la Russie de Poutine, fait la chasse aux LGBT. Lire l'article de l'Express

5 ans après, le monde toujours debout

Retrouvez le travail et l’humour de Nawak au quotidien sur sa page Facebook. Ne manquez pas ses live sur FB et Twitch !