Chroniques

Avoir beaucoup de choses à dire, sur tout plein de choses… apporter un nouvel éclairage sur le monde.

Taïwan a célébré la plus grande pride d’Asie

A la pointe des droits LGBT+ en Asie Le pays est pionnier en matière de droits pour les LGBT+. En mai dernier, dans une décision historique, la Cour constitutionnelle a en effet estimé qu’en affirmant qu’un contrat de mariage ne pouvait être conclu qu’entre un homme et une femme, le code civil « violait » les principes constitutionnels de liberté de mariage et d’égalité entre tous. Concrètement, la cour a donné deux ans au gouvernement pour mettre en oeuvre cette décision, c'est à dire autoriser le mariage de même sexe. Des politiques mobilisé-e-s Le combat pour le mariage pour tous s'est intensifié ces dernières années. En 2015, l’artiste et professeur français Jacques Picoux se donnait la mort à Taïpei, capitale de Taïwan. A la mort de son compagnon Tseng Ching-chao, après trente-cinq ans de vie commune, il s’était retrouvé privé de tout droit et chassé de leur appartement. L’événement avait suscité un vif sentiment et un sursaut de militantisme. Par ailleurs, la présidente Tsai Ing-wen, élue en 2016,...

Portraits de Grindr : « pour vrai mec, look hétéro »

La masculinité à travers la virilité Parmi les gays, qui n'a pas été embarqué dans la grande lessiveuse Grindr ? Avant tout, un grand jeu aux codes précis et immuable, qu'on a tôt fait de réaliser, souvent à nos dépens. Marc Jahjah fait une analyse intéressante de la question de la virilité sur les applis de rencontres gays. Alors, vous y retrouvez-vous ? Dans les échanges ou sur les profils, la question de la virilité est obsédante : c'est comme si la masculinité ne pouvait avoir qu'une forme (virile). Question sans interrogation possible : comme l'objectif supposé ("on n'est pas là pour discuter"), elle a été soustraite au débat public. L'évoquer conduit à une tautologie ("ben un vrai mec c'est un mec mec quoi, look hétéro") ou au rappel du fonctionnement implicite du dispositif ("pas là pour philosopher")... La suite est à lire sur le blog de Marc Jahjah

En Egypte, l’étau se resserre sur la communauté homosexuelle

En Egypte, l’étau se resserre sur la communauté homosexuelle Lire l'article sur Lemonde.fr : En Egypte, l’étau se resserre sur la communauté homosexuelle
video

Interview de Yan et Ann, une future famille homoparentale en Chine

Lors de notre passage à Shanghai, nous avons eu la chance de rencontrer Yan et Ann. Elles ont organisé une fête dans leur appartement en notre honneur et nous ont ensuite hébergés chez elles. Elles ont tout de suite accepté que l’on fasse une interview vidéo d’elles pour qu’elles nous parlent de leur projet de fonder une famille. Yan a sa propre société, elle a étudié les langues et parle Chinois bien sûr, mais aussi Russe, Espagnol et a appris l’anglais toute seule en regardant des séries TV américaines. Ann travaille pour une entreprise qui aide les personnes qui ont des problèmes de fertilité. Ont-elles fait leur coming Out ? Comment vont-elles avoir un bébé ? Ont-elles quelques appréhensions sur le fait d’être une famille homoparentales en Chine ? Toutes les réponses à ces questions dans l’interview ci dessous (sous-titres en anglais et en français disponibles en cliquant sur sur l’icône sous-titres). https://www.youtube.com/watch?v=GJW6ddRo52Y Si vous voulez en savoir plus sur notre voyage au tour du monde à la rencontre des familles...

Tout ce qui est à toi… de Sandra Scoppettone

L’autrice Sandra Scoppettone est née dans le New Jersey en 1936. Elle publie ses premiers romans policiers sous le pseudonyme de Jack Early, mais révèle finalement sa véritable identité lorsque sa série de romans policiers ayant pour héroïne Lauren Laurano, une détective privée lesbienne vivant à New York, rencontre le succès. Elle fait son coming out en 1970 et vit à Long Island avec sa compagne. Le roman Tout ce qui est à toi est construit comme un roman policier. Le travail de détective de Lauren y est décrit avec soin, tout comme la progression de son enquête. Les morts, les fausses pistes (parfois un peu trop nombreuses) et les révélations se succèdent avec un bon rythme qui permet au suspense de se maintenir, sans pour autant tomber dans l’exagération. Dès les premières pages de l’histoire, nous nous retrouvons plongé-e-s dans le début des années 1990, avec des cabines téléphoniques à chaque coin de rue et le démarrage d’Internet et de ses dangers. Pour autant, les violences...

Afrique du Sud, fer de lance contrasté du tourisme LGBT en Afrique

L'Afrique du Sud est en fait une anomalie. D'abord en Afrique, où c'est un des rares pays dont les communautés et minorités sexuelles bénéficient de droits et de liberté (le mariage de même sexe y est autorisé depuis 2006, bien avant la France) au moins au niveau des pays occidentaux, traditionnellement plus libéraux en matière de mœurs. Ensuite, c'est une anomalie car, en dépit de ces avantages, la majorité des gens ne comprend pas ou ne reconnait pas nécessairement cette situation. Première gay pride en 1990 De nombreux bars, pubs, hôtels et lieux de rencontres gays et lesbiens existent à travers le pays mais le concept de village gay comme on peut en trouver ailleurs dans le monde ne se retrouve qu'au Cap, pôle touristique majeur du pays. Cette ville est aussi à majorité métissée et blanche, contrairement à l'autre grande ville du pays, Johannesbourg, majoritairement noire. Cela en dit long sur l'inégalité de développement de la communauté LGBT dans le pays.Malgré cela, le pays a été le premier...

Une famille homoparentale européenne à Hong-Kong

Avant notre arrivée à Hong Kong nous avions contacté le groupe Facebook Rainbow Families of Hong Kong. Cécile et Claire ont tout de suite répondu qu’elles étaient partantes pour nous rencontrer. Cécile est Française, Claire est britannique. Elles ont eu ensemble Elodie qui a aujourd’hui 5 ans. Elles vivent actuellement à Hong Kong où elles travaillent toutes les deux. Nous les avons rencontrées un après midi, dans un parc au milieu de la ville. Pendant que les enfants s’amusaient, nous avons l’occasion de les interviewer. Ce fut une fois de plus une très belle rencontre. Découvrez ici leur histoire, leur passion commune, leurs difficultés pour obtenir leur visa pour Hong Kong… Lien direct vers la vidéo https://www.youtube.com/watch?v=U1o1092vYcM&t=1s

Noémie Renard veut « En finir avec la culture du viol »

Pour quatre Français sur dix, la responsabilité d’un violeur est « moindre si la victime se montre aguichante » – que recouvre ce terme ? c’est variable et contestable à l’infini ! – et « pour deux sur dix, un "non" veut souvent dire un "oui" ». Une sorte de distinction morale, en somme, entre le « vrai » viol et le viol « cool ». N’a-t-on d’ailleurs pas lu dans les médias, au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn : « Il n’y a pas mort d’homme » ; c’est « un troussage de domestique ». Ou encore : « Un viol, c’est avec un couteau ou un pistolet. » De façon consciente ou non, la « culture du viol » est intégrée dans nos schémas de pensées, conditionnant nos jugements et érigeant en « véritable système » des mécanismes pourtant totalement erronés voire d’une injustice horrifiante. « Banalisation » des violences sexuelles, « stéréotypes de genre, impunité des agresseurs, culpabilisation des victimes » :...
Skyline de Singapour

Singapour, cité-modèle homophobe

Je me rappelle l’époque, c’était en 2002, lorsque j’ai visité Singapour pour la première fois. On m’avait prévenu, contrairement au Japon où j’habitais alors, et où les gays jouissent d’une certaine tolérance, Singapour, c’est l’enfer. La soi-disant démocratie est en fait un régime totalitaire, où l’on traque les gays jusque dans les toilettes, à la Poutine. Je me souviens que les Singapouriens que j’ai rencontrés vivaient dans la peur permanente de l’arrestation. Je pensais naïvement que 13 ans après, les choses avaient sans doute changé, puis je suis tombé sur un article du Huffington. Singapour est un cas d’école de ce qui arrive quand le développement économique survient sans droits de l’homme Singapour, « exemple » de développement économique (l’un des pays les plus riches au monde où pullulent les gratte-ciels), se vante souvent d’être un modèle écolo où il fait bon vivre...en fait cette cité-état pratique sans vergogne l’homophobie et la discrimination d’état contre les LGBT. Selon Jean Song, militante LGBT, "Singapour est un cas d’école...