Le prix du Roman Gay 2018 est attribué à……

Alors que la rentrée littéraire bat son plein, le 12 octobre, vous saurez qui est le lauréat du prix du Roman Gay 2018. Il sera remis au Centre LGBT Paris, à partir de 18 heures. Pourquoi cette idée d'un prix "communautaire", quelles sont ses ambitions ? C'est ce que Genres a voulu savoir en rencontrant Gérard Coyet, son organisateur  Hugues Demeusy : Pourquoi avoir créé ce prix littéraire ? Gérard Goyet : Le Prix du Roman Gay a été créé en 2013 à l’initiative des Éditions du Frigo, nées deux ans auparavant pour respecter les derniers souhaits de deux amis disparus.  Leur rêve était d’être édités, ce à quoi ils ne sont pas parvenus. Ensuite, pour diversifier et élargir nos activités, et pour combler un vide, nous avons créé le « Prix Du Roman Gay ». Militant à ma façon depuis très très longtemps dans les combats LGBT, parce que l’homophobie est malheureusement toujours d’actualité et la visibilité un des moyens pour lutter contre, faire vivre ce...

Gaston Goor, galerie Au Bonheur du Jour

La galerie « Au Bonheur du Jour », présentera durant deux mois une sélection d’une cinquantaine de peintures et dessins de Gaston Goor (1902-1977). Quelque part entre jardin d’Éden et mont Olympe, au milieu de temples perdus ou cachés dans la végétation de paysages méditerranéens, comme irréels, d’une époque pas tellement définie, les personnages des œuvres de Gaston Goor semblent échapper au monde qui les entoure. Figures allégoriques, éphèbes et demi-dieux aux poses et manières empruntées aux grands peintres de la Renaissance italienne, mais aussi nimbés de cet « érotisme presque naïf » pour reprendre l’expression de la galeriste Nicole Canet, qui nous précise aussi la flagrante influence du peintre britannique Henry Scott Tuke sur le travail de Goor. Relativement peu connu du grand public, Gaston Goor, multiplia pourtant les collaborations avec le monde de l’édition et les écrivains, en illustrant des textes de Diderot, de Montherlant, collaborant aussi avec André Gide pour plusieurs ouvrages, réalisant également les lithographies accompagnant les romans de Renaud Icard ou Roger Peyrefitte,...

Pas de retraite pour notre sexualité !

L’idée. Une campagne nationale intitulée Révolutionsenior lancée le 8 septembre au Centre LGBT Paris (présente jusqu'au 14, avant de voyager en particulier à la Mairie de Paris lors de la semaine contre les discriminations), qui doit déclencher une prise de conscience, un débat et une évolution des mentalités. Des objectifs certes ambitieux mais qui seront atteints, vu l'énergie déployée par les membres de Grey-Pride. Francis Carrier, le président de l'association nous en parle ! #REVOLUTIONSENIOR pour briser nos représentations et les tabous concernant la vieillesse Jugée par certains "osée",  mais avant tout déclinée sur un mode drôle et léger, sans prétention, ces visuels donnent une nouvelle dimension aux seniors, plus ancrés dans notre quotidien. Ils montrent les multiples combinaisons auxquelles se sont prêtées les modèles improvisés de cette campagne, qui explorent toutes les possibilités, selon genres et sexualités. Parler enfin de la sexualité des seniors L'objectif est avant tout de ré-humaniser notre vision de la vieillesse. Nous devenons vieux ou vieille quoi qu'il arrive, (si tout se passe bien) mais...

Paris Algérie

Les mots de Nina Bouraoui "Tous les hommes désirent naturellement savoir est l’histoire des nuits de ma jeunesse, de ses errances, de ses alliances et de ses déchirements. C’est l’histoire de mon désir qui est devenu une identité et un combat. J’avais dix-huit ans. J’étais une flèche lancée vers sa cible, que nul ne pouvait faire dévier de sa trajectoire. J’avais la fièvre. Quatre fois par semaine, je me rendais au Kat, un club réservé aux femmes, rue du Vieux-Colombier. Deux cœurs battaient alors, le mien et celui des années quatre-vingt. Je cherchais l’amour. J’y ai appris la violence et la soumission. Cette violence me reliait au pays de mon enfance et de mon adolescence, l’Algérie, ainsi qu’à sa poésie, à sa nature, sauvage, vierge, brutale." Nina Bouraoui présente en ces termes son dernier roman autobiographique. Entre l'Algérie et Paris, l'enfant devient femme et lesbienne Une écriture qui tranche dans le vif, grave, brute, sans enjolivures… Nina Bouraoui fait s'entrechoquer ses souvenirs de l'enfance Algérienne et les errances nocturnes parisiennes avec une bande...

Une Américaine dans la tourmente

L’histoire de Janet Flanner est indissociable de celle du New Yorker, dont elle fut la correspondante à Paris pendant un demi-siècle. Michelle Fitoussi nous emmène sur les traces de cette américaine incroyable, toujours surprenante, jamais fade ! Une jeune américaine découvre Paris Janet Flanner est féministe, pacifiste, lesbienne… mais avant cela, elle fut une américaine d'Indianapolis, élevée dans une famille quaker pas si classique que ca, puisque sa mère voulait que Janet soit comédienne (puisque bien sur elle-même n'y était pas parvenu). Adolescente, Janet part avec sa famille pour un voyage en Europe. Et c'est le choc. Elle y vivra de préférence à Paris ville des lumières. Mais avant cela elle se marie.  Le couple s'installe à New-York et infiltre le milieu de la bohème intellectuelle, où Janet rencontre une journaliste, brillante, dont elle tombe peu à peu amoureuse... Elle, elle veut écrire ! Ensuite c'est Paris, le New-Yorker dont elle devient la correspondante, (il faut bien vivre) en tant que chroniqueuse fantasque de la vie parisienne... Très...

« Moi j’embrasse »

Dans "J'embrasse pas" de Téchiné, sorti en 1991, Manuel Blanc interprétait un jeune prostitué qui refusait d'embrasser ses "clients". Sauvage n'est-il qu'un énième film sur la prostitution masculine ? Celles et ceux  qui s'y rendraient pour cette unique raison auraient tout faux. Car si du début à la fin du long-métrage de Camille Vidal Nacquet, (qui par certains côtés a les contours d'un reportage), le spectateur se perd dans les situations les plus glauques auxquelles sont confrontées les prostitués de rues, ce qu'on retient comme une évidence, c'est la rencontre sans fard avec un garçon hors du commun, c'est l'humanité totale de ce jeune type, qui efface toute la crasse qui l'entoure. Alors ce qui pourra dérouter certains spectateurs, c'est la capacité d'endurance et d'acceptation de Léo, qui ne revendique rien, qui accepte tout… D'écueils en épreuves toujours plus dégradantes, Léo résiste, mû par une capacité de résilience sans fin. Mais par quoi est-il  réellement animé ce jeune paumé… c'est la question a laquelle chacun trouvera sa...

Collision avec une étoile filante

Dans Tu t'appelais Maria Schneider, Vanessa qui est la cousine de l'actrice aujourd'hui partiellement oubliée, donne enfin vie au projet formulé avec cette dernière avant sa disparition : écrire le livre de sa vie. On connait le visage radieux de Vanessa Schneider, journaliste au Monde, pour ses participations à ces émissions télévisées où les prises de parole des invités sont formatées et souvent insipides. Elle écrit une biographie (si le terme convient à ce livre) très personnelle, emprunte de l'amour, de la fascination et de la bienveillance qu'elle garde intacte, comme un précieux trésor,  qu'elle nous livre ici. Le tu est le mode sur lequel la journaliste a choisi de raconter ses souvenirs, peut-être pour recréer une proximité et aussi parce qu'on tutoie les étoiles… Elle y mêle des réminiscences de sa vie d'enfant, parce que Maria y était toujours étroitement associée. Premier film, premier scandale Maria, cette belle jeune femme devenue adulte trop vite, fille de l'acteur Daniel Gélin, élevée par une mère mal aimante, s'installe dans...

Sport et diversité gagnent des points

Si vous vous rendez au Centre LGBT de Paris en ce moment, vous découvrirez les œuvres réalisées par le photographe Franck Weens et le peintre Serge Krewiss. Comment et pourquoi les deux artistes ont associé leur talent pour créer ces "tableaux" à la gloire du Sport et de la diversité ? Nous avons voulu le savoir en rencontrant un des deux  membres de ce duo artistique prometteur, Franck Weens… Hugues Demeusy : Vous exposez votre travail  pour célébrer les Gay-Games de Paris au Centre LGBT Paris Ile de France durant le mois d’août. Racontez nous tout d'abord votre parcours artistique ? Franck : J'ai découvert la photo en 2005, au début de l’ère de la photographie numérique, puis suis devenu photographe professionnel en 2010. J'aime particulièrement les photos de sport, d’où ma participation en tant que responsable d’équipe et photographe pour Paris 2018 / Gay Games 10. Je suis également le photographe officiel de la European Snow Pride à Tignes qui a lieu tous les ans en...

Footeux et LGBT : toujours un « carton rouge » !

Une histoire d'amour entre deux futurs professionnels du ballon rond, ça fait désordre et c'est interdit, au même titre que la drogue ou la pédophilie. Oui on en est encore là ! Les mœurs footballistiques ont du mal à évoluer et ce film audacieux nous alerte intelligemment sur une réalité qui fait mal ! Marcel Gisler, son réalisateur, explique dans cet interview tirée du dossier de presse la genèse de son film et les règles du jeu rétrogrades de l'univers du foot. Extraits publiés par Genres. Qu’est-ce qui vous a amené à vous interroger sur le milieu du football ? Quelles ont été vos influences ? C’est l’un des co-auteurs du film qui est venu vers moi avec cette idée en 2010. lui est un grand fan de foot, moi je l’étais moins. Quand il m’en a parlé, j’ai d’abord eu peur que le sujet soit trop commun : c’est une question traitée dans les médias depuis des années et j’étais persuadé qu’un film de ce genre...