Marco Han : « Je veux capturer les émotions intérieures de ces hommes, en utilisant...

Tu es originaire de Mandchourie au nord de la Chine en 1983. Quel est ton parcours artistique ? Marco Han : Le dessin et la peinture ont toujours été ma passion, je les ai appris dès mon plus jeune âge, et je les pratique toujours régulièrement. J’ai également été tatoueur. Je suis venu à la photographie naturellement, comme prolongement à la peinture. Puis mon activité de photographe s’est développée au cours de mes nombreux voyages dans le monde, et au fil de mes rencontres. Je suis un photographe libre, qui me déplace souvent. Ton exposition de photos aura lieu du 25 janvier au 15 février 2017 à la librairie Les Mots à la bouche dans le cadre de la 3e Semaine LGBT chinoise. Peux-tu nous en parler ? La rue m’inspire beaucoup, ainsi que le monde de la nuit. Les hommes que je rencontre m’inspirent aussi. Je veux capturer les émotions intérieures de ces hommes, en utilisant le noir et blanc, afin d'exprimer leurs blessures et leurs forces...
video

Théo et Hugo dans le même bateau : le DVD cul(te) !

Dans un sex-club, Théo et Hugo se rencontrent, se reconnaissent, se mêlent en une étreinte passionnée. Passé l’emportement du désir et l’exaltation de ce premier moment, les deux jeunes gens dégrisés, dans les rues vides d'un Paris nocturne, se confrontent à leur amour naissant. Le film événement de l'année 2016 sort enfin en DVD, dans une édition qui constitue un véritable écrin pour tout savoir sur la genèse du film avec des animations graphiques audacieuses. Retour réussi pour le duo de cinéastes Olivier Ducastel et Jacques Martineau, qui signe avec Théo et Hugo dans le même bateau un film emprunt de poésie, de romantisme, et ancré de plein pied dans le réel. Deux jeunes acteurs merveilleux, intenses, incroyablement charmants... François Nambot et Geoffrey Couet portent cette belle aventure sur leurs épaules. Quant au choix de filmer l'intrigue en temps réel, il  s'impose au couple de réalisateurs, puisqu'il confère de la véracité au propos du film et, plus qu'une contrainte, il donne des ailes aux acteurs qui réalisent quelques scènes où la magie...
vieille télé

Séries américaines, personnages LGBT, stéréotypes – Partie IV : et le cinéma dans tout...

Et au cinéma alors ? Cependant, cette victoire ne doit pas masquer un fait incontestable : le cinéma est en retard pour ce qui est de la représentation de personnages LGBT. Ou plutôt, Hollywood est en retard. Comme pour les séries, depuis 4 ans GLAAD regarde les films produits par les plus grands studios et par leurs filiales qui s’occupent plutôt des films étrangers et indépendants. Les résultats sont plutôt sans appel, et tranchent nettement avec les résultats enregistrés pour les séries. Sur les 126 films analysés en tout et sortis en 2015, 17,5% contenaient des personnages identifiés comme LGBT (très proche des résultats de 2014). Voici le détail des chiffres, (le rapport entier est disponible ici) : Studios Nombre de films sortis en 2015 Nombre de films qui contiennent une apparition d’un ou plusieurs personnages LGBT Résultat en pourcentage Nombre de films qui passent le test de Vito Russo 20th Century Fox 17 2 12% 1 Lionsgate Entertainment 24 8 33% 3 Paramount Pictures 12 0 0 0 Sony Columbia Pictures 16 3 19% 1 Universal Pictures   21 4 19% 2 The Walt Disney Studios   11 0 0 0 Warner Brothers 25 5 20% 1   Filiale de studio Nombre de films sortis en 2015 Nombre de films qui contiennent une...

Entre joie et tristesse, Mauvais genre de Sébastien Lifshitz

Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, pose des questions fort intéressantes : pourquoi tant de photos sans auteurs, sans noms de ces femmes déguisées ? travesties ? transgenres ? actrices ? jouant ou posant lors de fête ? Elle rappelle ce très ancien interdit pour les femmes, cf. la Bible, les bûchers de la fin du Moyen Age pour celles qui comme Jeanne d’Arc contrefaisaient l’homme et, plus tard, les nombreuses amendes ou les demandes d’autorisation pour le port du pantalon à la Préfecture de Police de Paris… Quelques exceptions historiques, telles Madeleine Pelletier qui se sentait travestie quand elle était habillée en femme et affirmait : Mon vêtement dit à l’homme : je suis ton égale. Surtout ne jamais remettre en cause cette hiérarchie, cette identification immédiate des sexes sauf pendant le Carnaval, parenthèse « a-sociale » où tous les interdits, une fois l’an, semblaient levés. Isabelle Bonnet note, elle, que les photos des hommes de ce livre sont des images d’un travestisme domestique, celui...

Le beau livre #7, David LaChapelle, Lost + Found & Good News

Après les tout aussi monumentaux Artists & Prostitutes, LaChapelle Land, Hotel LaChapelle, Heaven to Hell parus entre 1996 et 2006, Lost + Found et Good News sont les deux derniers ouvrages présentant les plus récents travaux du photographe américain, aussi réalisateur et à l’origine de nombreuses campagnes de publicité loin d’être passées inaperçues comme ces images engagées pour la marque Diesel. Dans un univers onirique, pop, un monde ou le vrai a l’air faux, un monde luxuriant mais grinçant David LaChapelle (né en 1963) se joue des normes et des conventions, dans ces images, hyper-précises et composées comme des toiles de maîtres, c’est dans un univers identifiable entre mille, là où se tutoie le kitsch et l’antique, l’onirique et le trash, le sexy et le sacré, qu’il nous balade. De décadences en étrangetés, c’est toutes les icônes de la planète pop, superstars ou célébrités underground qui ont défilé sous son objectif, Pamela Anderson, David Beckham, Amanda Lepore, Madonna, Lady Gaga, Paris Hilton, David Bowie,...

Passion amoureuse ou amitié fraternelle ? La réponse de Stéphane Lambert

http://youtu.be/MIIrofQwfso Dans Fraternelle Mélancolie, Stéphane Lambert explore l'amitié qui unit deux grands écrivains américains, Herman Melville, et Nathaniel Hawthorne. Il décrit et imagine les  stigmates d'une passion tumultueuse... Cela se déroule au milieu du 19ème siècle... Alors "outing" ou pas ? Stéphane Lambert nous donne les clés ici ! Hugues Demeusy : Comment et quand as-tu rencontré Melville et Hawthorne et pourquoi leur relation t’a interpellé au point d’y consacrer un livre ? Stéphane Lambert : Quand j’avais une vingtaine d’années, j’ai longtemps gardé sur ma table de chevet l’épais volume de Moby Dick, qui est devenu ce qu’on appelle un livre culte, sans réussir à m’y mettre. L’idée de la chasse à la baleine me rebutait. En réalité, Moby Dick est tout sauf un hymne à la chasse à la baleine, c’est un roman de dimension mythique, qui place l’homme face aux grandes questions de l’humanité. Or Moby Dick est dédié à Hawthorne, que je ne connaissais pas. Quand j’ai enfin lu le roman de Melville,...

Yves Saint Laurent 10 ans après

Ouvrons tout d'abord la biographie "officielle" du Grand-Couturier, la version définitive de celle qui, peut se targuer du titre de biographe en chef du Maître : Laurence Bénaïm. Déjà édité à plusieurs reprises, ce pavé de presque 700 pages est la référence ultime pour découvrir Saint Laurent, suivre sa carrière... ses amours, ses amitiés... bref pour être incollable sur tout l'univers Saint-Laurent. C'est aussi le portrait d'une époque qui couvrent plusieurs décennies, marquées par de profonds bouleversements économiques, sociologiques et dans les mœurs, qu'accompagne voir anticipe les collections haute-couture, le prêt à porter, les parfums, les produits dérivés Yves Saint Laurent. Souvent précurseur, souvent copié, le style Saint Laurent se conjugue à une existence douloureuse, à une personnalité complexe, autodestructrice, qui est largement évoquée par l'auteur. Laurence Benaïm compose une biographie exhaustive, abordable, pointue certes mais pas du tout réservée aux modeux, qui pourrait se dévorer comme un polar, même si son poids est parfois un handicap pour la lecture dans le métro ! (c'est...

Quand Philippe Besson dit JE

Après avoir écrit une quinzaine de fictions, toutes des succès de librairies, dont certaines ont été adaptées au cinéma (Mon Frère par Patrice Chéreau), Philippe Besson créé l’événement en publiant aujourd'hui Arrête avec tes mensonges, en consignant un amour de jeunesse, dont l'issue est dramatique. quand Philippe Besson dit je, il nous ouvre des pans entiers de sa vie, mais sans impudeur, sans exhibitionnisme... Pourquoi aujourd'hui ? Parce que des événements dramatiques ont remis cette relation au cœur de sa vie. Et qu'il y avait une urgence, voir un devoir impérieux à raconter cette relation qui est un superbe hommage à ce garçon, puisqu'il s'agit bien sur d'un jeune homme, qui deviendra un homme... Bien-sûr, on pourra à cette occasion relancer le vieux débat qui consiste à dire qu'un romancier écrit avant tout sur lui, à partir d'expériences vécues. Besson ne le nie pas. Il a transformé des personnages, sublimé des sentiments, des rancœurs. Mais ici, il utilise comme matériau romanesque cette expérience difficile, souvent destructrice et frustrante. Et quand Philippe...

Albert le magnifique, de Brigitte Benkemoun

Brigitte Benkemoun découvre sur les stèles du Mémorial de la Shoa, le nom de son arrière grand-oncle, sauf que ce dernier a changé de patronyme... Voici un livre extraordinaire qui prouve d'une belle manière combien connaitre ses racines est primordiale pour chacun d'entre nous. Comme envoûtée par ce qu'on pourrait qualifier d'obsession, ou tout au moins de fascination, l'auteure va reconstituer après de nombreuses recherches, des rencontres improbables, le parcours de cet homme né au 19ème siècle en Tunisie, dans une famille de commerçants ; il s'émancipe en traversant la Méditerranéenne, s'installe en France, vit la Première guerre mondiale... Peu à peu, Brigitte Benkémoun perçoit la spécificité de l'identité de cet ancêtre "adopté" par son compagnon, avant d'être dénoncé puis d'être déporté pendant la Seconde Guerre Mondiale. Exhumant la mémoire d'Albert, entre culture et traditions juives, elle lui rend le plus bel hommage en révélant avec une bienveillance admirable et chaleureuse la vraie nature de cet arrière grand-oncle qui nous charme comme un portrait fané de la Belle Epoque, où l'on reconnait des...