Clac ! le court-métrage irrésistible

Découvrez enfin "CLAC !", le nouveau court-métrage de Fabien Ara, que nous avions interviewé il y a quelque temps. Un dîner de famille au restaurant asiatique. Une mère qui profite de ce moment pour annoncer qu'elle compte se suicider dans la nuit. Cette annonce va être l'occasion de libérer les paroles et de donner lieu à toutes les révélations : jalousie, cachotterie, coming-out... Le dernier repas explosif d’une famille paniquée. CLAC ! - Le teaser Fabien Ara, acteur reconnu et réalisateur à ses débuts, souhaitait aborder le difficile sujet du suicide assisté et du "Comment l'annoncer à ses proches ?". https://www.dailymotion.com/video/x5oz4i9_clac-un-film-de-fabien-ara-la-bande-annonce_shortfilms Que peut-on se dire quand il ne nous reste plus qu'une soirée à partager ? Sélectionné lors du concours de scénario "Nouveaux Cinémas", ce court métrage sera présenté pour la première fois en film d'honneur lors de la 13ème édition du festival éponyme. Le festival "Nouveaux Cinémas", organisé par les associations étudiantes cinéphiles "CINÉ FAC" et "CINE QUA NON", a comme objet de promouvoir de nouveaux réalisateurs en les aidant...

Finding Phong : changer de sexe au Vietnam

Phong s’est toujours considéré comme une fille prise au piège dans un corps de garçon. c’est en entrant à l’université à Hanoi qu’il découvre qu’il n’est pas le seul à souffrir d’une telle situation. caméra au poing, Phong décide de changer de vie et amorce une métamorphose. Ce documentaire vietnamien, sorti sur les écrans cette semaine, est un journal filmé qui témoigne au plus près du parcours intime d'un jeune homme qui va accomplir le chemin difficile du changement de sexe. Les deux réalisateurs Tran Phuong Thao et Swann Dubus Mallet expliquent leur démarche. Extraits de l'interview à retrouver dans son intégralité ici : Comment est né le projet ? Swann Dubus Mallet : Phong est une amie de notre producteur. elle a partagé avec lui ses peines et ses espoirs. il nous a contactés pour faire un film sur son histoire. comme j’étais à Paris où je terminais la post-production de notre film précédent, thao a rencontré Phong seule. elle m’a appelée pour me dire qu’on ne pouvait...
vieille télé

Séries américaines, personnages LGBT, stéréotypes – Partie III : l’importance de la représentation

Constat Comme je le disais le mois dernier, selon GLAAD, 84% des Américain.e.s apprennent à connaître une personne transgenre grâce aux médias. Nous n’avons pas de chiffres pour la France, ni pour le reste des personnes LGBT+, mais il reste plutôt sans risque de dire que tout le monde n’a pas, dans son entourage, de personne LGBT+. Pour palier à cela, et faire en sorte que tout le monde sache que l’on existe et que l’on mérite les mêmes droits et le même respect que n’importe qui d’autre, il y a plusieurs solutions qui ne sont pas mutuellement exclusives (en fait, elles se complètent). On peut descendre dans la rue, faire du bruit et exposer nos revendications politiques. On peut descendre dans la rue, monter sur des chars et faire encore plus de bruit en mettant des jolies couleurs partout une fois par an. On peut vivre sa vie avec la personne qu’on aime, avoir des enfants (ou pas), se marier (ou pas), habiter dans le...

L’amour et la mort

Genres reproduit l'entretien avec le cinéaste et écrivain Christophe Honoré, tiré du dossier de presse de Ad Vitam, qui trace les tenants et les aboutissants de cette histoire générationnelle, celle des trentenaires des années 90, qui lisaient Guibert, Koltès et Lagarce... Comment résumer l’histoire, la matière de ce film ? Un premier amour et un dernier amour. Un début dans la vie et une fin dans la vie, à travers une seule et même histoire d’amour, celle du jeune provincial Arthur et de l’écrivain agonisant Jacques. Le film voudrait conjuguer cette association de sentiments : l’élan et le renoncement. L’histoire d’amour racontée précipite deux choses : d’une part les débuts dans la vie d’Arthur, d’autre part la fin de la vie de Jacques. Il est possible que sans cet amour Jacques aurait vécu plus longtemps, parce qu’il est précipité dans l’idée que sa maladie, le sida, le rend inapte à cet amour, qu’il n’est plus capable de le vivre. Je crois que le vrai sujet du film...

Mr Ripley, sors de ce sublime thriller !

Quand la lutte des classes sert la fascination d'un garçon issu d'un milieu modeste pour SON meilleur ami,  lui, riche héritier de la haute société britannique, c'est l'Invitation, le très excitant second livre traduit en Français d'Elizabeth Day, journaliste (et romancière) à la carrière précoce. Pourquoi l'invitation ? Le couple formé par Ben et Séréna, thèse parfaite de ce que la société britannique peut produire de plus odieux, à qui tout réussit, fortune, naissance (cela va de soi), beauté, glamour…. relations, enfants épanouis… invite donc le gratin londonien pour les 40 ans de Ben. Sont invités Martin et Lucy, qui naviguent à vue dans le sillage de Ben et Séréna, les maîtres du monde. Mais Martin n'est pas n'importe qui. C'est celui qui a tout mis en oeuvre pour devenir le meilleur ami de Ben et à être adopté par sa riche famille… Lors de cette réception, un événement tragique va avoir lieu... Par un procédé habile et totalement maîtrisé de retours en arrière dans le...
Moonlight

Moonlight, au clair de lune les garçons noirs sont tristes (mais nous heureux)

Màj du 28/02/17 : le film a reçu l'Oscar du Meilleur Film. Tiré de la pièce "In moonlight, black boys look blue", Moonlight est la chronique d'un enfant noir du quartier de Liberty City, Miami. Ici règnent la drogue et la loi du plus fort. On le découvre à travers trois époques et à travers ses trois noms : Little, Chiron et Black. Cet enfant perdu dans un univers d'adultes est un résistant, il surnage dans un milieu social difficile. Ce film de survivant nous montre un enfant qui grandit trop vite et en même temps un enfant qui ne devient jamais vraiment adulte. Moonlight c'est aussi l'histoire d'un garçon qui n'a rien à faire là, qui n'est pas armé pour se confronter à une vie d'injustice, où le danger rôde partout, jusqu'à la maison. C'est le drame d'un enfant différent et qui aime différemment. Confronté à la trahison de tous, il est le seul à rester fidèle. Chiron pourrait mourir à tout moment. Ce qui le maintient en vie, c'est un moonlight, un moment au clair de lune où...

Piros : « mon travail est motivé par l’étude du vivant »

Salut Piros ! En fait on aurait dû se parler l'été dernier, pour la sortie de GENRES mais mon message s'est perdu dans ton Facebook...Est-ce un prétexte pour ne pas répondre aux interviews ? (rires) Piros : Salut Olivier ! Oui j'ignore ce qui s'est passé, ton message s'est perdu dans les méandres de Facebook et il est réapparu le premier de l'an. Donc me voilà ! Au fait, est-ce que tu utilises beaucoup les réseaux sociaux pour te faire connaitre ? De quelle manière ? Oui, quand il ne me joue pas des tours, Facebook est un excellent outil de communication. Après cela demande beaucoup de temps car j'essaie autant que possible de répondre aux divers messages et commentaires que l'on me laisse. Je trouve important d'avoir un vrai relationnel avec les personnes qui s'intéressent à mon travail. C'est aussi une super plate-forme pour connaître l'avis du public. Après j'utilise aussi DeviantArt mais c'est moins facile et instinctif. Bien, parlons un peu de ton boulot. Parle-nous un peu...

Act Up, la réédition vitale du livre de Didier Lestrade

A l'occasion de la sortie du film-événement 120 battements par minute de Robin Campillo, qui a obtenu le prix du Jury au dernier Festival de Cannes, l'éditeur Denoël réédite cet ouvrage capital dont nous vous conseillons absolument la (re)lecture. En 1989, Didier Lestrade, entouré de Pascal Loubet et de Luc Coulavin, crée Act Up-Paris, sur le modèle d'Act Up-New York. Il raconte ici les dix premières années durant lesquelles l'association de lutte contre le sida va construire et porter un discours politique à travers des campagnes de communication extrêmes, parfois violentes, toujours efficaces, des zaps marquants, des discours intransigeants.... Il explique comment elle a réussi à rendre visibles les séropositifs et la communauté gay, tout en s'impliquant fortement dans l'élaboration des traitements. Act Up invente "l'empowerment", ou quand les malades deviennent acteurs de leur santé. Contrairement à d'autres ouvrages sur le sujet, Didier Lestrade délaisse le côté théorique et réhumanise le récit du combat mené contre la mort et la maladie en racontant ses sentiments, ses expériences, ses espoirs, ses doutes,...

Le genre à l’épreuve de la biologie

C’est avec enthousiasme que je m’aventurai à Bonneuil-sur-Marne pour ce café-science organisé par Les sciences des livres et l’Association Science Technologie Société (ASTS), encadré par le conseil départemental du Val-de-Marne. En m’installant, je reçois le prospectus des différentes conférences qui se déroulent en ce mois de janvier 2017, et découvre qu’y figure Un homme à la crèche de Thomas Grillot, ouvrage auquel j’ai participé pour témoigner en tant qu’éducateur de jeunes enfants. Il semblerait alors que dans ce cadre scientifique, une place importante est donnée aux pensées qui s’interrogent intelligemment sur les questions du sexe et du genre. En atteste également le nouveau livre de Thierry Hoquet dont il est question ici : Des sexes innombrables. Le genre à l’épreuve de la biologie. La remise en cause d'un naturalisme pas si naturel Thierry Hoquet est professeur de philosophie à l’université Jean-Moulin Lyon 3, spécialiste de l’histoire et de la philosophie de la biologie. Il est l’auteur notamment de Darwin contre Darwin (Seuil, 2009), Cyborg philosophie (Seuil, 2011)...