La septième fonction du langage c’est de mourir de rire

Barthes et la camionnette ! Roland Barthes se fait renverser par une camionnette, ce 25 févier 1980. Il sortait d'un déjeuner avec le candidat François Mitterrand... A partir d'un fait historique, l'auteur échafaude une hypothétique enquête où se mêlent tous les grands philosophes, les politiques et autres figures de l'époque pour élucider cette énigme diablement intrigante jamais résolue ! Une enquête échevelée Quelle imagination possède ce Laurent Binet ! Il nous emmène dans un univers particulièrement pointu et élitiste (celui de la sémantique et des fonctions du langage, auquel Barthes a apporté sa pierre), en le transformant en terrain de jeux pour philosophes frappadingues (Michel Foucault en fétichiste SM...) en mal de reconnaissance, pour politiques aux dents acérées prêts à toutes les bassesses... et cela avec un entrain décapant et réjouissant ! L'enquête menée par un policier pas très intègre secondé par un prof de la fac alternative de Vincennes, à la fois éclaireur et souffre-douleur du commissaire de police, est des plus farfelues et multiplie les rebondissements les plus improbables... L'auteur crée...

2017 : mes 5 livres « MAJUSCULE »

2017 se carapate... Tout le long de cette année politiquement surprenante et épuisante, dont les rebondissements auraient pu être imaginés par un scénariste légèrement torturé, ces livres ont illuminées les journées souvent sombres d'un Parisien casanier. Ils continueront à briller comme des étoiles dans mon ciel ! Les voici dans le désordre : Dakota Song par Ariane Bois chez Belfond http://genres.centrelgbtparis.org/2017/06/08/immeuble-dakota-new-york-1970/ Parlez-moi encore de lui de Lisa Vignol, chez Stock http://genres.centrelgbtparis.org/2017/06/03/portrait-clair-obscur-dune-etoile-filante/ La vie serait simple à Manneville de Pierre Cochez L'Escale http://genres.centrelgbtparis.org/2017/05/02/de-manneville-monde-parcours-extraordinaire/ Place des Vosges de Michel Braudeau au Seuil http://genres.centrelgbtparis.org/2017/03/30/marais-1970/ Peggy dans les phares de Marie-Eve Lacasse chez Grasset http://genres.centrelgbtparis.org/2017/02/13/peggy-roche-femme-amoureuse-de-sagan/ Bien sûr, je vous les recommande chaudement et surtout,  je vous souhaite de nombreuses découvertes littéraires en 2018 !

La biographie plombée d’un écrivain maudit

Si Guillaume Dustan fut un feu de paille dans l'univers littéraire, il s'imposa comme un sacré trublion qui parvint à force de coups d'éclat, de scandales, de provocations... à obtenir une reconnaissance médiatique qui ne reposait pas sur la dimension de son œuvre mais sur la noirceur du propos. Dans les années 90, Guillaume Dustan donc, écrivain séropositif - ou l'inverse - surfa sur la baise sans capote, communément appelée bareback. Ses prises de position déclenchèrent d'une part la concupiscence de Thierry Ardisson, de Technikart... tous ces médias et journalistes à la recherche du sensationnel qui l'adoubèrent, pendant que dans le même temps l'association de lutte contre le sida Act-Up en fit son ennemi juré. Pour incarner ce combat, on opposa Dustan et Didier Lestrade, président emblématique de l'association. Les écrits de Dustan (moins d'une dizaine de textes d'autofiction), un genre dont il promut la reconnaissance à travers la collection Le Rayon Gay qu'il dirigea au sein de la maison d'édition aujourd'hui défunte Balland, ne furent pas,...

Une women story devenue success story grâce aux réseaux sociaux

Dans ses « remerciements » qui précèdent le texte de son roman, Stéphanie Vidonne indique : « Merci… à vous lecteurs, sans qui ce projet littéraire n’existerait pas ». D’abord parue en feuilleton sur son site Internet (http://www.mavieenlila.com), l’histoire a très vite capté bon nombre de personnes, pour atteindre les 2000, ce qui a évidemment encouragé Stéphanie à prévoir une édition « papier » de son livre. Alors de quoi s’agit-il ? De deux femmes qui se cherchent – c’est le cas de le dire puisque l’une d’elles est aveugle, mais l’on constatera que le livre fait voler en éclats tous nos a priori de « voyants » sur ce sujet ! –, l’une étant bisexuelle et l’autre pas. Celle qui « voit » le mieux sur le plan des pétillements du désir n’est bien sûr pas celle que l’on croit, et même si le « je » qui s’exprime ne revendique aucune homosexualité, la révélation vécue, à la fois psychologique et physique, prête à...
Abha Dawesar

Porte sur l’Inde : Abha Dawesar

Dans Babyji, best-seller publié en 2005, Abha Dawesar déploie la vie intime torturée de la jeune Anamika, adolescente indienne du Delhi des années 90. Anamika a seize ans, est la déléguée en chef de son école, excelle dans toutes les matières, notamment en physique, et possède une maturité exceptionnelle pour une jeune fille de son âge. Ses parents sont tous les deux fonctionnaires et vivent une vie tranquille ; ils relèvent de la classe moyenne et de la caste des brahmines, la plus élevée au sein de la hiérarchisation hindoue, qui renvoie à un statut sacerdotal. Anamika est pétrie des normes enserrant les identités produites par son milieu culturel, mais se retrouve aux prises avec ses sentiments transcendés par les hormones, les questionnements métaphysiques et ontologiques, et les premiers émois. Babyji est un roman d’apprentissage emportant les lectrices au gré de la danse complexe de la découverte, par Anamika, de l’amour, de la sexualité et de la vie En effet, juste après avoir lu le Kama Sutra...

Armistead Maupin : une étoile dans notre ciel !

Armistead : toujours bienveillant Toujours bienveillant, de bonne humeur et l'œil qui frise, Maupin semble être un bon gros nounours qui pourrait facilement nous consoler de nos chagrins d'amour et nous donner de bons conseils. L'expérience de la vie. On sent qu'il l'a acquise mais qu'il n'en tire aucun orgueil... Et pourtant que de chemins parcourus pour atteindre ce statut enviable... Un jeune Américain pur jus qui devient... lui-même ! Pour le découvrir, il faut lire l'autobiographie qui vient d'être traduite en langue française et qui parait sous le titre un peu lisse de Mon autre famille. Né en Caroline du Nord, dans une famille ultra-républicaine, Armistead vit ses premières années entre un père très réactionnaire et une mère fantasque. Il y a, heureusement, sa grand-mère qui lui apprend les vertus de la différence. Peu enclin à se démarquer de cette emprise familiale, le jeune Maupin adopte l'idéologie républicaine sans broncher. Il débute des études de droit, mais les abandonne. Il s'engage pour rejoindre les troupes américaines au Vietnam en...

Du cul, du cul, du cul (une rentrée littéraire LGBT)

Mais GENRES étant une publication honorable, j’ai décidé de parler de littérature à nos lecteurs et lectrices, et de surfer sur le marronnier du moment, la rentrée littéraire. Ça tombe bien. Dans ses 40 incontournables, les Inrocks proposait cette année pas moins de trois romans LGBT. Vous saurez donc tout (ou au moins l’essentiel) sur Amours sur mesure (Mathieu BERMANN), Les Parisiens (Olivier PY) ou L’Innocent (Christophe DONNER), sans même avoir osé le demander ! Amours (dans la) démesure Commençons par ceux qui font leur toute première rentrée. Mathieu BERMAN, 30 ans pile poil au compteur, sort son tout premier roman, Amours sur mesure, aux éditions P.O.L. Un roman assez court, très générationnel, à la première personne. Le narrateur a lui aussi une trentaine d’années. Le personnage principal aime coucher avec d’autres hommes. Et sa compagne aussi est libre d’aller avec qui elle veut, quand elle veut. Bien dans ses baskets, il vit à Paris, est en couple depuis plusieurs années avec Lisa. Un couple libre, qui vit une sexualité...

La société du mystère

« Mais quel trouble est le mien – admettez-le aussi –, depuis que vous m’avez amené à me poser cette question : ce qui est le plus insupportable aux artistes n’est-il pas précisément ce qui leur est le plus salutaire ? » Dominique Fernandez reprend et développe dans son nouveau roman, cette question qu’il se pose depuis un certain nombre d’années, une « libération » n’est-elle que positive ? dans les arts ? – « L’art trop abondant, trop riche, étalé avec trop de confiance, l’art uni comme un tapis de gazon s’en rassasier jusqu’à la nausée, pour trouver dans son dégoût un encouragement à rompre avec ce modèle » – pour les homos « la grande famille de la queue » ? Un livre rare du XVIe siècle est découvert chez un antiquaire, Les Mémoires du peintre florentin Agnolo di Cosimo dit Bronzino, celui-là dont une œuvre, Limbes, mit un jour Stendhal, dans l’église Santa Croce, en extase… Nous sommes à Florence, en pleine Renaissance. Bronzino, élève de Pontormo, au dessin quasi...

Claudius Pan : l’art pour territoire

Peux tu tracer pour nos lecteurs en quelques phrases ton parcours atypique ? J'ai squatté assez tôt les scènes de théâtre, vers onze ans. J’ai suivi une formation à Lyon, avant de monter une compagnie avec trois autres ami(e)s « Les Représentantes », puis de tout quitter, pour des raisons personnelles, et partir vivre dans une communauté d’artistes, aux USA. Je suis resté là-bas deux ans, avant de suivre les Train Hoppers ( ceux qui vivent illégalement sur les trains marchands ) dans leurs aventures. J’ai alors vagabondé sur ces terres marginales pendant trois années de plus, passant par l’Inde, la Roumanie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle Calédonie etc Je désirais une vie romanesque, je voulais insuffler ma voix et mon corps pour les rendre outils d’une parole d’artiste. Durant ces années j’ai écrit, composé de la musique, peiint, performé, réalisé des films… Chaque instant était prompt à se transformer en oeuvre, en partage collectif. Toujours dans le but de soigner, guider le monde, comme un rituel, un sortilège. Mon corps...