La biographie plombée d’un écrivain maudit

Si Guillaume Dustan fut un feu de paille dans l'univers littéraire, il s'imposa comme un sacré trublion qui parvint à force de coups d'éclat, de scandales, de provocations... à obtenir une reconnaissance médiatique qui ne reposait pas sur la dimension de son œuvre mais sur la noirceur du propos. Dans les années 90, Guillaume Dustan donc, écrivain séropositif - ou l'inverse - surfa sur la baise sans capote, communément appelée bareback. Ses prises de position déclenchèrent d'une part la concupiscence de Thierry Ardisson, de Technikart... tous ces médias et journalistes à la recherche du sensationnel qui l'adoubèrent, pendant que dans le même temps l'association de lutte contre le sida Act-Up en fit son ennemi juré. Pour incarner ce combat, on opposa Dustan et Didier Lestrade, président emblématique de l'association. Les écrits de Dustan (moins d'une dizaine de textes d'autofiction), un genre dont il promut la reconnaissance à travers la collection Le Rayon Gay qu'il dirigea au sein de la maison d'édition aujourd'hui défunte Balland, ne furent pas,...

Le son différent de Brooklyn

Un immeuble à Brooklyn Depuis la mort de son mari, Celia vit dans l’ombre de ce dernier. Propriétaire d’un petit immeuble à Brooklyn, elle loge des gens atypiques, avec qui elle entretient des rapports distants. Jusqu’à ce qu’arrive Hope, une femme fuyant un mari infidèle… Avec Le bruit des autres, Amy Grace Loyd signe son premier roman en 2014, avec une maîtrise incontestable et un sujet bouleversant :  une femme choisit de s’isoler parce qu’elle ne parvient pas à faire le deuil de son mari ; elle s’est enfermée dans la routine, dans une vie en demi-teinte mais va soudain vivre une expérience qui la fera enfin réagir et redevenir « humaine" Une femme brisée Célia, la quarantaine affirmée, vit à Brooklyn, dans un petit immeuble vétuste, dont elle est la propriétaire. Oui, c’est bien de Brooklyn dont il s’agit, sa bohème, sa « coolitude », quartier en mutation où vit une population très cosmopolite. Célia, elle, montre un visage fermé. On pourrait presque dire qu’elle est acariâtre....
seringue drogue

Sexe et drogue

Le sexe et la drogue font de plus en plus bon ménage et engendrent, outre des risques fatals d'overdose, des comportements à risque qui alarment les associations de lutte contre le sida. Chem sex et slam C'est vrai, les plans sexe associés à une prise de drogue sont de plus en plus répandus dans la population gay, même si ce phénomène touche encore une catégorie de garçons à la sexualité extrême (pas forcement à l'aise avec une sexualité plan-plan), à la recherche de performances… Le slam (produit injecté par intraveineuse) et le chem sex (chemical sex), s'ils sont des phénomènes déjà abondamment traités par les médias, n'ont pas encore fait l'objet d'essais sociologiques, d'études médicales éditées… Ce polar nous en apprend beaucoup sur le sujet Alors ce livre pallie à cette absence éditoriale et constitue en priorité une mine d'informations, même s'il n'embrasse principalement que l'aspect répressif du sujet. On est en effet dans un polar, ou tout au moins, ce texte en a la forme. Alexandre Kauffmann est reporter free-lance...

Le journal intégral de Matthieu Galey

Ah! Ah! entrer dans un livre par un escalier dérobé… Eh oui ce Journal, déjà deux fois publié, fut à chaque fois censuré. Mais, cette année 2017, les éditions Robert Laffont ont tout publié et même montré les parties censurées précédemment en mettant la police en italique. Et, c’est connu, les censures donnent aussi, sinon plus, l’image d’un pays à un moment donné et là, l’écœurement des magouilles éditoriales pour les prix littéraires, les tirages et l’argent ! Donc ce Journal de Matthieu Galey, de 1953 à 1986, année de sa mort due à la maladie de Charcot, lente et horrible agonie, celui qui était Revenu avant d’être parti. Il débute comme journaliste en 1958 dans Cahiers des saisons et Arts avec des chroniques, puis travaille à Combat et l’Express pour des critiques dramatiques. En 1962 il entre aux éditions Grasset, dans son comité de lecture. Sale métier que le mien ! Je surprends des regards inconnus qui me fusillent… L’observateur ou le témoin l’emporte chez lui...

Albert le magnifique, de Brigitte Benkemoun

Brigitte Benkemoun découvre sur les stèles du Mémorial de la Shoa, le nom de son arrière grand-oncle, sauf que ce dernier a changé de patronyme... Voici un livre extraordinaire qui prouve d'une belle manière combien connaitre ses racines est primordiale pour chacun d'entre nous. Comme envoûtée par ce qu'on pourrait qualifier d'obsession, ou tout au moins de fascination, l'auteure va reconstituer après de nombreuses recherches, des rencontres improbables, le parcours de cet homme né au 19ème siècle en Tunisie, dans une famille de commerçants ; il s'émancipe en traversant la Méditerranéenne, s'installe en France, vit la Première guerre mondiale... Peu à peu, Brigitte Benkémoun perçoit la spécificité de l'identité de cet ancêtre "adopté" par son compagnon, avant d'être dénoncé puis d'être déporté pendant la Seconde Guerre Mondiale. Exhumant la mémoire d'Albert, entre culture et traditions juives, elle lui rend le plus bel hommage en révélant avec une bienveillance admirable et chaleureuse la vraie nature de cet arrière grand-oncle qui nous charme comme un portrait fané de la Belle Epoque, où l'on reconnait des...

Devenir séropo aujourd’hui

Oui, les traitements sont efficaces, on ne meurt (presque) plus du sida dans les pays occidentaux... mais quand est-il du regard de la société sur les séropositifs, comment se situe la "communauté" gay par rapport aux nouveaux contaminés... autant de sujets brûlants et tabous que ce témoignage a le mérite de soulever. Le narrateur est "plombé" juste quand il rencontre un garçon avec qui il va entamer une liaison amoureuse. On peut dire que c'est un test infaillible pour mesurer la véracité des sentiments... on peut s'en passer aussi... Il décrit avec une précision clinique ses peurs, ses angoisses et son parcours du combattant dans l'univers médical, même s'il a la chance d'être accompagné par les siens qui le soutiennent, et de rencontrer immédiatement les bonnes personnes. Car c'est sur ce point que l'on peut étayer une critique : le milieu très aisé dans lequel vit Camille (c'est un garçon !) constitue un atout non négligeable dans son entrée dans la séropositivité (nous l'avons dit, ses proches...

le beau livre #3 Dalida, une garde-robe de la ville à la scène

Il reste encore plus d’un mois pour se rendre au Palais Galliera, le musée de la mode de la ville de Paris et déambuler au milieu de la garde-robe d’une des plus grandes icônes populaires de ces dernières années et qui fascine encore aujourd’hui, cette exposition a été rendue possible grâce à la récente et généreuse donation d’Orlando, le frère de Dalida au musée. Et le prisme du vêtement apparaît ici, comme éminemment pertinent, lorsqu’il est question de retranscrire les évolutions de la carrière de la chanteuse. De la robe de velours rouge, semblable au rideau d’une scène, d’inspiration New-Look, créé en 1958 par Jean Dessès et qui ouvre le parcours de cette exposition, jusqu’au débauche de strass, plumes, perles et paillettes de ses costumes de scène dans les années 80, la garde-robe de Dalida, à la ville et à la scène, apparaît comme une grille de lecture privilégiée de l’histoire de la mode et de celle de la variété et du spectacle. Au...

Le beau livre #4, Undressed, Mario Testino

Dernier projet éditorial de l’éditeur Taschen et du photographe de mode Mario Testino, Undressed, invite à l’effeuillage, cet ouvrage se propose de dresser un panorama des photos de nus les plus marquantes du photographe Mario Testino, adepte d’une esthétique léchée et sensuelle ou juste là lorsqu’il s’agit de capturer ces moments aussi torrides qu’éphémères. les photos de Testino font se côtoyer les mannequins les plus en vues, et des anonymes, des filles parfaites et des garçons androgynes, ou peut-être est-ce l’inverse… Réunissant une cinquantaine de photographies, certains clichés issus des archives du studio du photographe sont ici publiés pour la première fois. Figure incontournable des années porno chic, période Tom Ford chez Gucci, il est régulièrement plébiscité pour les séries mode de magazines prestigieux, ou de sulfureuses et luxueuses campagnes de publicité. Un entretien accordé à l’ancienne et emblématique rédactrice du Vogue Paris et créatrice du CR Fashion Book, Carine Roitfeld, éclaire sur les volontés esthétiques du travail du photographe. Images au luxe décomplexé,...

Sous la loi du Karma X de Sandrine Rotil-Tiefenbach

Sandrine Rotil-Tiefenbach publie Karma X aux éditions Sulliver, dans la collection Littératures actuelles. André Bonmort y est aux commandes (http://www.sulliver.com), capitaine courageux et véritable dénicheur d’écritures singulières « à l’écart des codes et des modes » (de moi il a publié État d’un lieu désert et Rien entre nous, à un moment où presque tout le monde m’avait oubliée !). Son catalogue foisonne de pépites et/ou de diamants purs – comme c’est ici le cas, avec cet étincelant Karma X. Au commencement, il y a Arthur. Un « chauve à lunettes ». Alors que la narratrice aime « les hommes qui ont des cheveux ». « Les chauves à lunettes », c’est tout ce qu’elle « déteste ». De plus, Arthur a les yeux bleus, « petits et rondelets ». Alors qu’elle, elle « aime les grands yeux noirs, les amandes fournies, veloutées, avec des miroirs magiques dedans, du magnétisme », qui « savent comment il faut faire pour envelopper ». Alors que s’est-il passé...