Yves Navarre, hier, aujourd’hui et demain

Hugues Demeusy : Comment et quand as-tu « rencontré » Yves Navarre ? Philippe Leconte : A la fin des années 70. J’étais dans la mythique librairie Corman à Knokke-Le-Zoute. Je venais de choisir les poèmes de Constantin Cavafy traduits par Yourcenar, et, à côté, il y avait une pile de Loukoums en livre de poche. C’est la couverture qui m’a attiré, le dessin de David Hockney. J’ai pris le livre, l’ai lu d’une traite et n’ai eu de cesse, après, de découvrir les précédents livres de Navarre, puis, au fur et à mesure, les nouveaux, au gré de leurs parutions. Qu’est-ce qui t’a accroché dans ses écrits ? Navarre a été beaucoup trop catalogué en tant qu’écrivain homosexuel, alors que lui-même se définissait comme écrivain ET homosexuel La façon dont il abordait l’homosexualité. C’était la première fois qu’un écrivain m’en « parlait » comme quelque chose de normal. J’avais l’impression de me découvrir à travers ses livres, que ceux-ci me parlaient de moi. Á l’époque, il n’y avait...
Youtube How self

Youtube, phénomène chez les lesbiennes

Nul ne peut ignorer le succès que rencontre actuellement le site d’hébergement de vidéos YouTube, sur lequel la création d’une chaîne semble désormais séduire autant de personnes que le fait de tenir un blog comme c’était le cas il y a quelques années. Ceux et celles que nous appelons désormais les « youtubeurs » ou « youtubeuses » proposent des contenus variés, certaines chaînes se spécialisant dans la beauté, d’autres dans l’humour, la mode, les jeux vidéos ou encore la musique. Au milieu de tout cela, un véritable phénomène est apparu aux Etats-Unis : Les chaînes Youtube dont l’objectif principal est de proposer un contenu lifestyle où l’homosexualité de sa/ses créatrice(s) occupe une place centrale. Certaines youtubeuses américaines, comme Stéphanie de la chaîne « ElloSteph» font partie des précurseurs. Comptant aujourd’hui presque 230 000 abonné(e)s, invitée à de nombreux événements comme la remise des Respect Awards récompensant chaque année des personnes physiques et morales ayant un impact significatif sur la vie des jeunes LGBT+, Stéphanie...
Joni Mitchell

Joni Mitchell, génie devenue icône

Si vous ne connaissez pas la musique de Joni Mitchell, vous devriez ! Toute collection musicale qui se respecte doit avoir au moins un CD de Joni. Elle n’est ni L, ni G, ni B, ni T… mais elle a contribué avec son style très personnel à la diversité musicale de notre époque. L’artiste canadienne, qui fêtera a ses 73 ans le 7 novembre, est une génie, devenu icône, avec une carrière musicale qui démarre dans les années 60. Elle vient de souffrir d’une rupture d’anévrisme en mars dernier et pour le moment elle est en convalescence. Ceci explique le titre de mon article ! A la fois poète, musicienne, et artiste peintre, ses chansons sont parfois des chansons de colère mais aussi des chansons mélancoliques et romantiques La musique de Joni a inspiré énormément d’artistes mais jamais personne ne s’est même approché de son talent. A la fois poète, musicienne, et artiste peintre, ses chansons (pour la plupart écrites par elle-même) sont parfois des chansons de colère...
Philippe Besson 2011

Philippe Besson, forever young

Qui ne voudrait pas l’être ? A priori, rien ni personne ne pouvait résister au charme fatal blond (à la Marilyn Monroe), de cet enfant binoclard, petit et voûté, qu’Hollywood allait bien vite (trop vite ?) ériger en « Petit Prince » du grand écran. Cet orphelin trop vite abandonné par sa mère allait la rejoindre, trop vite sûrement, dans un destin tragique digne d’un long-métrage d’Elia Kazan. « Comme elle est partie, Jim a les nerfs. Jimmy boit du gin dans sa Chrysler. La presqu’île, le boulevard de la mer est con. Comme elle est partie, attention : Jimmy tourne en rond. » Je suis donc devenu compagnon de La Ballade De Jim (A. Souchon), de ses premiers cours de claquettes, jusqu’à son dernier claquage (car vous vous doutez bien de la fin de l’histoire…). Que vous en dire ? Jimmy, éternellement jeune, demeure un mystère. Et je dois relever le talent de l’auteur, qui n’a pas cherché à peindre un portrait trop cru...
homme en survetement vertvideo

« Amants des hommes » : déportation homosexuelle et homophobie

Traitant de la déportation homosexuelle durant la seconde guerre mondiale, Isabelle s'appuie sur l’œuvre autobiographique de Pierre Seel, le premier à témoigner de sa déportation pour cause d'homosexualité. "Amants des hommes" parle aussi beaucoup de l'homophobie de la société des années 1940, mais aussi de celle des années 2000 à travers les témoignages de différents acteurs qui se sont battus pour la reconnaissance de cette déportation. Pour nous présenter son travail, rien de mieux qu'une petite conversation avec Isabelle elle-même. Rencontre. Kevin Reynaud : Bonjour Isabelle, tout d'abord, quel est votre parcours ? Isabelle Darmangeat : Je suis née à Tulle en Corrèze, et j’ai effectuée mes études, en cinéma, à l’Université de Poitiers, avec une spécialisation en documentaire avec un DESS réalisation documentaire. Je vis et travaille à Paris depuis 2004. D'où est née l'envie de créer ce projet ? Avez-vous un lien personnel avec cette partie de l'Histoire ? Passionnée d’histoire, j’ai toujours été intéressée par la seconde guerre mondiale et particulièrement l’Holocauste. Je savais que les homosexuels...

Revue de presse : ciné-télé LGBT, on est sorti de la cage

L’entertainment, le spectacle, notamment le cinéma et de plus en plus les séries télé, sont un bon moyen d’améliorer l’inclusion et au moins la visibilité des personnes LGBT. Au cinéma, en approfondissant des caractères et des situations; à la télévision, en permettant sur la durée de fidéliser une catégorie de spectateurs peu habituée à s’attacher à des problématiques de genre. Mais sortir du placard est-ce rentrer dans le rang ? Une actrice trans doit-elle être assignée au rôle d’une trans, un acteur homo au rôle d’un homo ? Après tout, le rôle de l’acteur peut être de jouer ce qu’il n’est pas. Cependant, quid de la responsabilité sociale et sociétale du cinéma dans sa représentation des minorités ? Le lien entre leurs stigmatisations et les fictions Hollywoodiennes à grand public ne peut être ignoré. Quelques articles nous permettent de réfléchir et de faire le point à ce sujet. Certains articles sont disponibles sur des sites payants. Article les Inrocks : “Looking”, “Girls”, “Cucumber” : enquête sur les gays dans les séries Article le...
Nawak homophobie

Dessine-moi Nawak !

Hugues Demeusy : Bonjour Nawak. On voit de plus en plus tes dessins qui s’attaquent notamment à la Manif pour tous ? D’où viens-tu ? Nawak : Je me suis lancé dans le dessin depuis deux ans et demi. Au départ, je souhaitais principalement dessiner pour des entreprises ou des collectivités. J’avais donc un style plutôt consensuel, adapté à ces organisations, que je signais sous le pseudonyme de Nawak et j’utilisais mon vrai prénom pour les dessins plus polémiques. Nous étions au début de l’année 2013 avec les débats autour du mariage pour tous. Il est devenu de plus en plus difficile de gérer deux identités. Au bout de quelques semaines, j’ai fini par assumer totalement mes positions. J’ai publié un dessin sous le nom de Nawak dénonçant l’homophobie des « manifs pour tous ». Celui-ci a été retweeté par SOS homophobie et tout s’est emballé ! On l’a vu dans tes dessins, tu es très en colère contre les « intégristes » de la Manif pour...

Frank Ocean et son arc-en-ciel

Frank Ocean est né Christopher Breaux le 28 octobre, 1987 à la Nouvelle Orléans. Il est apparu sur la scène musicale en 2012 et tout de suite est devenu une référence. Son style ? Très difficile à définir. On dirait que la diversité c’est son mot d’ordre ! Mais son influence est clairement le R&B, le jazz et le rap. Juste avant la sortie de son premier et excellent album en 2012 Channel Orange, Ocean a annoncé sa bisexualité. Il a pris le risque de partager ses sentiments avec son (futur) public en avouant dans son blog que son premier amour avait été un homme. Nous sommes fiers de lui et contents de l’avoir comme porte-parole de notre famille LGBT, mais c'est son talent unique qui vous séduira. Si vous n’avez pas l’album Channel Orange… courrez l’acheter. C’est un ovni musical. Il est hypnotique et addictif. Un mélange de… je ne sais pas… R&B, jazz, blues, lounge, rap. Ça a été un succès planétaire, avec l'effet d'une catapulte...

Pas si Trans-parent

« Transparent » est un jeu de mot en anglais (mais ça marche en français aussi) entre les mots « Trans » et « Parent » évidement associés dans le titre de la série… mais aussi cela veut dire invisible ou translucide, on voit « à travers » et aussi quelque chose de très clair et évident. C’est parfait comme titre pour cette histoire de famille et avant tout d’amour où la transparence/l’honnêteté du personnage principal, le père, est à la fois décapante et touchante. L’action se situe en Californie, dans une famille avec deux parents divorcés et trois enfants (2 filles et un garçon), la vingtaine et trentaine. Une famille plutôt aisée avec des rapports très directs et francs. On se dit tout à tout moment. On rigole, on se dit des choses dures, sans complexe, avec amour. On comprend vite que les parents se sont séparés il y a des années et que les rapports sont cordiaux. On apprend aussi très vite que...