bande dessinée

Le mari de mon frère, manga d’utilité publique

Trois mangas, des vrais, que l’on regarde et lit de la dernière à la première page… Le travail des éditions Akata pour ces trois tomes (127 x 180 mm) de Gengoroh Tagame qui vient de recevoir le Prix d’excellence du 19e Japan Media Arts Festival. Ces trois mangas participèrent de la sélection officielles de Angoulême 2017. Un jeune japonais, Yaichi, qui a divorcé il y a peu de temps, élève seul sa fille, jeune écolière, Kana, pleine d’allant. Un matin arrive du Canada une sorte de géant tout poilu et barbu. C’est Mike, le mari veuf du frère jumeau de Yaichi. Un vrai coup de foudre entre l’enfant et cet homo charmant qui lui explique le plus simplement du monde que même deux femmes peuvent s’aimer et se marier. Vrai livre pédagogique, de lutte contre l’homophobie où même le héros Yaichi se remet en cause en revivant des moments de sa vie avec son frère, le problème de son homosexualité dite, affirmée. Et puis un voyage en...

Le zizi des mots, la suite

Enfin ! le second tome de ce petit délice de 48 pages que fut le Zizi des mots numéro un, où l’on redécouvrait avec humour à quel point notre langue bipolaire (!) est sexiste. Les deux compères Élisabeth Brami pour le texte et Fred L. pour les illustrations soulignent à nouveau cet « affront ». Page de gauche, un dessin et le nom masculin d’un homme, je n’ose pas dire d’un humain ! qui caractérise un travail sérieux, important, ou une fonction indispensable. Page de droite, et là nous sommes dans l’inverse d’un magazine commercial, une chose au féminin donc, que des choses, que du féminin… du « machin » comme ils disent. Un loupiot, une loupiote, un matelot, une matelote… C’est aussi rageant que drôle, mais instructif ! Aussi pour former les « loupiot.es ». Éditions Talents Hauts - 13 € - ISBN 9782362661877. Ce livre est soutenu par Amnesty International : Réfléchir aux sens des mots pour lutter contre les discriminations.

Mes papas avant moi, de Mikl Mayer

Mikl Mayer, l’auteur de cette bande dessinée, nous raconte et nous dessine maintenant l’histoire des deux adolescents, Florian et Tristan, quand ils se rencontrèrent, se trouvèrent et se plurent au lycée, puis s’aimèrent et devinrent les papas de la précédente BD, Mes papas et moi. Mikl Mayer, né à Pont à Mousson le 4 septembre 1987 et vivant depuis à Toulouse, est un dessinateur connu pour sa bande dessinée Les d'jeunes, qui raconte la vie d'un groupe d'adolescents. Il s'est fait connaître pour ses affiches pour l'association Laurette Fugain ainsi que ces visuels contre l'homophobie à Toulouse. Son premier album est sorti en décembre 2009 et s'appelle La dure vie des adolescents. Il publie la bande-dessinée "Mes papas & moi" en 2015. (source Wikipedia) L’un de ses héros, Florian, est large, athlétique, et chamboule à son arrivée la vie déjà normée du lycée. Il plaît aux garçons et aux filles. Tristan, lui, est un gringalet homo mais qui ne peut toujours pas le dire malgré les engueulades de sa...
Nawak homophobie

Dessine-moi Nawak !

Hugues Demeusy : Bonjour Nawak. On voit de plus en plus tes dessins qui s’attaquent notamment à la Manif pour tous ? D’où viens-tu ? Nawak : Je me suis lancé dans le dessin depuis deux ans et demi. Au départ, je souhaitais principalement dessiner pour des entreprises ou des collectivités. J’avais donc un style plutôt consensuel, adapté à ces organisations, que je signais sous le pseudonyme de Nawak et j’utilisais mon vrai prénom pour les dessins plus polémiques. Nous étions au début de l’année 2013 avec les débats autour du mariage pour tous. Il est devenu de plus en plus difficile de gérer deux identités. Au bout de quelques semaines, j’ai fini par assumer totalement mes positions. J’ai publié un dessin sous le nom de Nawak dénonçant l’homophobie des « manifs pour tous ». Celui-ci a été retweeté par SOS homophobie et tout s’est emballé ! On l’a vu dans tes dessins, tu es très en colère contre les « intégristes » de la Manif pour...