Etats-Unis

Rock Hudson, la fin de l’âge d’or hollywoodien

Le 2 octobre 1985, Rock Hudson meurt à Los Angeles, à l’âge de 59 ans. Un choc immense se propage immédiatement dans le monde entier. Parce que cet icône du Hollywood des années 50, ce beau mec qui faisait tomber les filles, ce républicain conservateur, a révélé deux mois plus tôt qu’il était gay, et atteint du sida. Il incarne à jamais la première victime people connue de tous (Klaus Nomi, disparu dès septembre 83, a ouvert le bal, mais reste moins connu du grand public)… Le 25 juillet, donc, Rock Hudson a fini par sortir du placard, à l’occasion d’une interview accordée au journaliste Taryn O’Connor. Il a avoué être atteint par cette terrible maladie, qui commence tout juste à faire des ravages, et pour laquelle n’existe encore aucun traitement. L’acteur n’y cache pas qu’il ne pèse plus que 55 kilos et se décrit comme « une épave à la dérive ». Une vraie confession, où il parle de sa vie comme d’un péché...

Harcèlement, le côté obscur de l’enseignement

Nous vivons dans un monde où le harcèlement sexuel est soudain mis en lumière. Pendant mon expérience aux Etats-Unis comme professeur et directeur dans une école privée, j'ai connu le harcèlement sexuel. Il est inconcevable que je sois le seul à avoir été harcelé ou dragué au travail. Cependant, je n'en ai jamais parlé avec mes collègues. Aujourd’hui, dans ce contexte particulier, je me rappelle mes expériences personnelles. Les écoles d'élite privées américaines (et j’imagine peut-être aussi les françaises) pensent être des bastions de la pensée libre et de la pensée sociale progressiste. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Dans une certaine mesure, surtout au début de ma carrière à Los Angeles, j’ai trouvé une certaine sécurité en étant ouvertement gay. J'ai appris à prendre quelques précautions, comme ne jamais me retrouver seul dans mon bureau porte fermée avec un étudiant masculin ; je n'ai jamais invité les étudiants chez moi ; j'étais amical, mais je ne suis jamais devenu leur ami, et quand...

A New York, chez Mister Biggs

Sur l'élection de Monsieur Trump, j'ai fait ce que beaucoup ont dit qu'ils feraient (mais n'ont pas vraiment fait) : j'ai quitté les États-Unis et j’ai déménagé en France. C'était un peu plus facile pour moi en tout cas car j'ai un mari irlandais qui peut maintenant travailler entre Paris, Londres et New York. Je suis écrivain. La transition vers nos nouvelles vies a été parfois difficile, souvent hilarante, de temps en temps déconcertante et toujours amusante. Les États-Unis ou New York ne m’ont pas (trop) manqué... sauf un endroit : Mister Biggs, au coin de la 10e Avenue et de la 43e rue. Mister Bigg’s ne semble pas avoir d’équivalent à Paris. Je ne sais pas pourquoi... Repaire du week-end Il y a longtemps, c'était notre repaire du week-end. Nous avons toujours eu la table du coin, de sorte que nous pouvions boire, manger, visiter avec des amis, et observer les événements en permanence véritablement étranges de notre quartier de Hells Kitchen : une élégante jeune femme...

New-York New-York – Entre chien et loup Episode 11

Résumé des épisodes précédents Hugues, la vingtaine, débarque à Paris afin de suivre une formation en Communication. Très vite, il intègre une bande de fêtards et hante les lieux nocturnes. Nous sommes à la fin des années 70... le Palace, les Bains Douches sont les aimants de sa nouvelle vie, et Olivier son compagnon de débauche. Mais la drogue rôde et fait d'Olivier sa victime. Une overdose alerte les parents de ce dernier, qui l'enferme dans un centre de désintoxication en Province. Hugues a rencontré Yann, un jeune comédien au chômage, qui devient, outre son partenaire sexuel, son ange-gardien. Pendant que Yann entame à contre cœur une carrière de mannequin, Hugues rencontre Jean, un grand militant qui porte le projet de créer une revue homosexuelle. Mais Hugues et Yann sont poursuivis par les dealers d'Olivier. Ils tentent de leur échapper avec l'aide éclairée de Jean. Nous sommes maintenant au début des années 80. Une nouvelle décennie débute, la gauche arrive au pouvoir avec son cortège...
cary grant

Hollywood et la face cachée des westerns

On sait que James Dean, Montgomery Clift, Cary Grant, Brando... et d'autres mâles fantasmatiques qui furent de vraies stars des studios durent cacher leurs amours pour ne pas défrayer la chronique. Le fameux "code Haynes" veillait au grain et l'honneur était sauf. Une époque gouvernée par une hypocrisie majeure. Gilles Leroy a planté le décor de son nouveau roman dans ce miroir aux alouettes, où la chasse aux sorcières communistes fait rage, où les noirs sont encore discriminés, et où les apparences devaient toujours prévaloir sur une vérité pas bonne à entendre. L'auteur reconstitue la relation passionnée et orageuse qui unit deux stars masculines du cinéma hollywoodien, à travers les différents témoignages des proches du couple. Au fil des pages se dessine une relation que rien ne peut arrêter entre les deux futurs espoirs du cinéma, puis leur vie de couple, vécue aux grand jour, au grand dam des producteurs. Entre Los Angeles et New-York, où ils débutèrent sur les planches de Broadway, leur amour se délite peu à peu. Les...
Obama arc-en-ciel

Revue de presse : Obama care for us

Au revoir Barack et Michelle et merci Tout au long de ses deux mandats Barack Obama, son épouse Michèlle et même leurs deux filles Sasha et Malia ont démontré à la fois sur un plan personnel et dans le cadre de leurs fonctions pour Potus (President Of The United States) et Flotus (First Lady Of The United States) un vrai soutien des droits de la communauté LGBTI. Parfois avec retard, parfois avec des hésitations, mais globalement le bilan apparaît comme plus que positif surtout si l’on envisage l’arrivée de l’ère Donald Trump et ses premières décisions conservatrices. A ce sujet, lire l’enquête très complète publiée dans Yagg, Droits des LGBT Barack Obama a-t-il tenu ses promesses ? et qui couvre les années Obama : 2009-2010 : La fin du Don't Ask Don't Tell 2011-2012 : Le mariage pour tous, la condition d'un second mandat? 2013 : Le Defense of Marriage Act contesté 2014-2015 : D'avancée en avancée 2016 : Une dernière année marquée par la tuerie d'Orlando Dans le cadre des fonctions et des pouvoirs...
vieille télé

Séries américaines, personnages LGBT, stéréotypes – Partie II : le classement de GLAAD

Suite de l'article publié en décembre 2016 GLAAD GLAAD (Gay & Lesbian Association Against Defamation) est une association américaine qui existe depuis 1985. Elle a été créée par un groupe de journalistes et écrivain.e.s suite à la façon dont la crise du VIH et du SIDA était traitée par les médias. Je n’ai pas le temps d’entrer dans le détail de ce qu’a fait GLAAD pendant toutes ces années, mais vous trouverez une super chronologie ici. GLAAD se concentre toujours aujourd’hui sur les médias, pour augmenter la représentation des personnes LGBTQ et améliorer la qualité de cette représentation. Cette association veille à ce que les journalistes n’emploient pas les mauvais mots pour parler des personnes LGBTQ (par exemple, ne pas dire qu’être gay est un « choix » ou un « mode de vie »). GLAAD met à disposition des journalistes des guides de mots à utiliser ou à bannir. Elle veille également à ce que la fiction (télévisuelle mais aussi cinématographique) inclue des personnages LGBTQ (GLAAD a retenu cette terminologie), mais...
vieille télé

Séries américaines, personnages LGBT, stéréotypes – Partie I

Voici mon premier article sur un thème que nous sommes nombreux-ses à affectionner tout particulièrement : les séries américaines. Oui, je suis comme vous, j’aime passer des soirées dans mon lit à regarder des personnages faire des trucs sur un temps plus ou moins long ou à revoir pour le 10ème fois l’épisode 4 de la saison 3 de Black Mirror (seul-e-s les vrai-e-s savent). "Les séries ne lobotomisent pas les téléspectateurs. Les séries ne sont pas de la sous-culture" Les séries ne sont pas seulement synonyme de culture « basse » comme aiment à le dire les gens un peu snobs. Les séries font leur chemin dans les universités (même françaises, eh oui) et peuvent donner lieu à des analyses passionnantes et profondes. Comme l’explique Sarah Sepulchre dans la préface du livre Décoder les séries télévisées : « les séries ne sont pas des « bouche-trous » qu’on diffuse à défaut d’autre chose. Les séries ne sont pas de simples répétitions formelles et narratives. Les séries ne présentent pas que des personnages stéréotypés....

Un sacré mal de Trump

Mercredi 9 novembre, réveil 6h55, l'excitation d'un matin un peu spécial : enfin du neuf dans la routine. Aujourd'hui est-ce que j'écoute le Patrick Cohen habituel du matin, ou, suprême audace, décidé-je d'allumer la télé ? Le jeu en vaut bien la chandelle, même si au fond de moi la petite voix me dit que le résultat va être ennuyeux, torché rapidement. Hillary présidente. Une femme présidente, le sens de l'histoire. Le sens de MON histoire. Des droits LGBT qui avancent. Mais j'avoue que c'est pas vraiment ça qui me passe par l'esprit. Je pense plutôt, un chouia honteusement, une continuité ennuyeuse. J'allume la télé et je lance d'abord BFM TV par automatisme embarrassé, après m'être rappelé qu'iTélé c'est mort, muerto. Je regardais à une époque comme tout le monde, mais tout le monde a oublié. Puis je me souviens qu'il y a maintenant le France Info de la télé. En regardant cette chaîne, je me dis benoîtement, que je ne suis pas au service du Grand capitalisme ou du Grand...