langue

Autrice plutôt qu’auteure : démystifier les histoires

Cette démarche s’inscrit dans un premier temps dans une dynamique de récupération d’un terme ayant été effacé au cours de l’Histoire, afin d’invisibiliser celles qu’il désigne, perçues comme des concurrentes menaçantes. En effet, le terme autrice, vient du latin auctor, auctrix, celui/celle qui crée. En 1581, la première occurrence de la traduction autrice au sens d’écrivaine accompagne l’émergence de l’imprimerie. L’intervention des femmes en art est intensifiée par le XVIIe siècle, qui voit l’éducation féminine se développer à une époque où être écrivain devient une profession à part entière. Dès lors, une nouvelle génération de femmes de lettres émerge et les salons littéraires, souvent présidés par des femmes, prennent alors tout leur essor. Cependant, le XVIIe siècle voit également naître la codification de la langue française. Richelieu crée en 1635 l’Académie française, composée uniquement d’hommes, dont la principale mission est de créer le premier dictionnaire unilingue de la langue française. La langue française est réformée, et ces changements sont institutionnalisés par les nouvelles règles et...