mouvement LGBT

Jean-Paul Amouroux : parcours d’un militant hors norme

Pas facile d'être homo au début des années 70. Jean-Paul Amouroux, jeune étudiant à Nanterre, fréquente le club très fermé Arcadie, qui réunit les "homophiles" (ou comment poser un voile pudique sur les relations entre personnes du même sexe), une fois par semaine dans le 10ème arrondissement de Paris. 1974 : La création du GLH Très vite, il lie des contacts avec quelques fortes personnalités qui décident de s'émanciper. Ils fondent en 1974 Philandros. L'association devient très rapidement le GLH (Groupe de Libération Homosexuelle), pour envoyer un message aux lesbiennes, qui cependant, ne rejoindront pas les rangs... Sous l'impulsion de Michel Heim (aujourd'hui à la tête des Caramels fous, une troupe théâtrale très colorée), le GLH travaille à la visibilité des homos en distribuant des tracts sur les marchés Parisiens. Engueulades, lutte de pouvoir, trahisons, seront le lot du jeune Groupe, qui est rejoint par des nouvelles énergies et donc de nouveaux ambitieux... Jean-Paul partira à l'armée, puis sera nommé prof en Picardie. Il prendra de la distance avec le militantisme... Les CUARH...
St Marks baths février 84

Février 1984, fermeture de saunas US

Ils visent à obtenir l’organisation d’un référendum sur le sujet, en même temps que les prochaines élections municipales. La maire de la ville, Dianne Feinstein, évite de trancher elle-même, et confie une mission d’étude au docteur Mervyn F. Silverman, chef des services de santé de la ville, qui pourra, s’il le juge nécessaire, lancer un arrêté municipal pour fermer tout établissement jugé dangereux pour la santé publique. Au-delà de San Francisco, les saunas sont dans l’œil du cyclone dans la totalité des Etats-Unis. Les ligues de moralité prennent prétexte du danger sanitaire pour réclamer la fermeture de tous les lieux de promiscuité sexuelle. Ceci alors même que les clients se montrent de plus en plus frileux, que la fréquentation des saunas baisse d’elle-même et que les rapports y deviennent de plus en plus prudents. Les militants dénoncent une opération masquée de nettoyage puritain avant la convention démocrate prévue en juillet dans la ville Aussi, les propriétaires s’efforcent très vite de diffuser des campagnes de prévention au sein...
Act up paris die in

Comment Act Up a dynamité la France de 1989

Samedi 24 juin 1989 : alors que la Lesbian & Gay Pride défile dans les rues de Paris, une quinzaine d’individus investissent la Marche, arborant un T-shirt noir orné d’un triangle rose retourné, sous-titré « Silence = Mort ». Arrivés devant le Louvre, ils s’étendent sur le sol et font les morts devant les caméras de télévision, ravies. Un nouveau mode d’action arrive en France. Act Up-Paris est née… Act Up a vu le jour à New-York en 1987, sous l’impulsion de Larry Kramer, déjà à l’origine du Gay Men’s Health Crisis. Elle compte désormais une quarantaine d’antennes à travers les États-Unis, notamment à San Francisco. Act Up-Londres est née en janvier 1989. En France, l’association est créée par Didier Lestrade (son premier président), Luc Coulavin et Pascal Loubet (Bureau). Les trois sont journalistes et veulent mettre en place un groupe de pression politique et de pression sur les médias. Un groupe homosexuel beaucoup plus combatif que les associations déjà présentes, consacrées à l’aide aux...