Prix

Le prix du Roman Gay 2018 est attribué à……

Alors que la rentrée littéraire bat son plein, le 12 octobre, vous saurez qui est le lauréat du prix du Roman Gay 2018. Il sera remis au Centre LGBT Paris, à partir de 18 heures. Pourquoi cette idée d'un prix "communautaire", quelles sont ses ambitions ? C'est ce que Genres a voulu savoir en rencontrant Gérard Coyet, son organisateur  Hugues Demeusy : Pourquoi avoir créé ce prix littéraire ? Gérard Goyet : Le Prix du Roman Gay a été créé en 2013 à l’initiative des Éditions du Frigo, nées deux ans auparavant pour respecter les derniers souhaits de deux amis disparus.  Leur rêve était d’être édités, ce à quoi ils ne sont pas parvenus. Ensuite, pour diversifier et élargir nos activités, et pour combler un vide, nous avons créé le « Prix Du Roman Gay ». Militant à ma façon depuis très très longtemps dans les combats LGBT, parce que l’homophobie est malheureusement toujours d’actualité et la visibilité un des moyens pour lutter contre, faire vivre ce...

Prix du Roman Gay 2016 : Je suis en vie et tu ne m’entends...

« Où es-tu Heinz ? Il y avait ta voix sur ma peau, et tes paumes, et tout ton corps. On n’avait même pas à se dire que c’était cela vivre. » « Tu », Heinz Weiner, l’amant, est mort avant l’internement et les tortures subies par Klaus Hirschkuh (Biche…) à Buchenwald. Retour à Leipzig, la ville de sa naissance, dans sa famille dont il se sent, lui le pédé meurtri parce que pédé, de plus en plus étranger. Quatre ans, c’est long. Oui mais aussi un changement pour lui dans ce qu’il ressent quand il marche dans les rues : « Ils étaient autres. C’était eux qui étaient autres. Pourquoi ce devrait toujours à lui de l’être ? » Et puis, « Il avait acquis une indifférence qui lui permettait de se tenir à distance de la fosse et des pendus »… oui, car si l’on revient, et comment le peut-on ?… Demain? Quand on est « mort à soi-même et vivant »? Et les rappels « sale pute, tante, pissez-lui dessus… sous-homme… » puis « une règle de fer...