queer

Emmanuel Barrouyer, c’est quoi un artiste queer ?

Rencontre avec un défricheur que rien n'arrête. On peut s'égarer dans les nombreuses formes artistiques que tu proposes, alors dis-nous quelle est ta démarche ? Il est vrai qu’en France j’ai l’impression qu’on a toujours besoin d’entrer dans une case précise, au risque de perdre les gens. Moi, j’ai un besoin de créativité permanent, besoin qui n’est pas satisfait par mon métier de comédien. Je dirais que c’est une créativité en mouvement : je ne me pose pas de question, je ne me mets pas de limite, pas de cadre, j’essaye simplement d’exprimer quelque chose de sincère et les différents thèmes de mon travail sont les facettes d’une seule et même œuvre mais qui se multiplie, qui est transgenre, parce que justement je n’aime pas être dans une case. J’ai besoin de liberté. Je me sens bien dans cette créativité sans freins, sans censure (excepté sur les réseaux sociaux), en allant exactement à l’endroit où j’ai envie d’aller. Et si les gens se perdent tant mieux, cela veut dire...

Antony Hickling nous fait son cinéma

Antony Hickling est anglais, mais il s'est installé à Paris il y a plusieurs années. Depuis, on entend beaucoup parler de lui. Ses films ont révélé un cinéma iconoclaste, singulier, inclassable. En quelques long-métrages, Antony s'est imposé comme le nouveau réalisateur queer incontournable. Son dernier opus Where horses go to die vient de sortir chez Optimale. Il raconte les déambulations d'un artistes plasticien désabusé qui va croiser, entre rêves et fantasmes, trois créatures flamboyantes qui l'amèneront là où il n'a jamais été. Son acteur fétiche Manuel Blanc, y interprète une transsexuelle étonnante. Costumes, décors, ambiance, narration... tout est différent et exceptionnel dans ce film, qu'il faut voir absolument. Quand il n'est pas derrière la caméra, Antony Hickling fait du doublage pour des films d'animation et est programmateur pour le Festival de Films LGBT de Paris, Chéries-Chéris. Il pose régulièrement pour le photographe Jean-Baptiste Huong, dont nous vous avons présenté le travail récemment.   Where Horses go to die, un film d'Antony Hickling avec Manuel Blanc, Jean-Claude Bouvet, Stéphanie Michelini... Un DVD Optimale

Comics : vers une nouvelle ère de personnages trans et queer

Si, longtemps l'homosexualité a été un sujet tabou dans la littérature des comics américains, il existe depuis les années 80 des super-héros gays, lesbiens ou bi, même dans la littérature grand public de type Marvel. La célèbre maison d’édition qui édite Spiderman et X-Men n’hésite pas non plus à homosexualiser certains de ses personnages classiques. Au-delà des nombreux sous-entendus ou des situations équivoques que certains auteurs avaient trouvés pour exprimer leur côté queer à une époque où les codes des comics US interdisaient de représenter des personnages gays (voir par exemple l’amitié débridée de Batman et de son pote Robin), les personnages ouvertement L, G, ou B sont maintenant légions. Pour vous convaincre de cette évolution, je vous invite à lire l'article très complet sur le sujet dans Comicsblog, même si de nouveaux personnages sont apparus depuis. Il ne manque plus que le cinéma hollywoodien ou que Netflix s’en emparent sérieusement pour que le cycle médiatique LGBT soit bouclé (appel du pied). Nul doute que ce moment viendra rapidement, une fois que...
deux femmes s'embrassent sur un litvideo

Chéries-Chéris : « la qualité des films cette année est exceptionnelle »

Kevin Reynaud : Pouvez-vous nous présenter le festival en quelques mots ? Cyril Legann : Le festival Chéries-Chéris existe depuis 22 ans et a pour but de promouvoir la culture LGBT au cinéma. Il répond au départ à un besoin de visibilité des films qui n’étaient que peu distribués en France. Aujourd’hui la problématique a changé, avec internet et l’avènement des supports domestiques (DVD, BluRay…) les films sont plus faciles à voir. Nous avons donc créé une compétition depuis 2010, et notre but, plus que jamais est d’apporter une plus-value au spectateur en créant un espace de convivialité et d’échange. Pour cela nous nous attelons à faire venir des équipes de films, cette année nous avons des réalisateurs qui viennent de pays très divers : USA, Canada, Israël, Lituanie, Portugal… c’est exceptionnel ! Et puis il y a tous les courts-métrages, des rendez-vous toujours appréciés par le public car ces films-là, souvent très riches, ne sont pas visibles ailleurs. Et on ressent également l’enthousiasme des équipes qui ont parfois...