sauna

St Marks baths février 84

Février 1984, fermeture de saunas US

Ils visent à obtenir l’organisation d’un référendum sur le sujet, en même temps que les prochaines élections municipales. La maire de la ville, Dianne Feinstein, évite de trancher elle-même, et confie une mission d’étude au docteur Mervyn F. Silverman, chef des services de santé de la ville, qui pourra, s’il le juge nécessaire, lancer un arrêté municipal pour fermer tout établissement jugé dangereux pour la santé publique. Au-delà de San Francisco, les saunas sont dans l’œil du cyclone dans la totalité des Etats-Unis. Les ligues de moralité prennent prétexte du danger sanitaire pour réclamer la fermeture de tous les lieux de promiscuité sexuelle. Ceci alors même que les clients se montrent de plus en plus frileux, que la fréquentation des saunas baisse d’elle-même et que les rapports y deviennent de plus en plus prudents. Les militants dénoncent une opération masquée de nettoyage puritain avant la convention démocrate prévue en juillet dans la ville Aussi, les propriétaires s’efforcent très vite de diffuser des campagnes de prévention au sein...