trans

Transidentités : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Hugues Demeusy : Tout d'abord, quelles distinctions doit-on faire entre transsexualité, transsexualisme et transidentité ? Arnaud Alessandrin : Il est vrai que nous partons souvent de l’hypothèse que ce vocabulaire est acquis pour toutes et tous. Débuter par des définitions n’est donc pas absurde. Le « transsexualisme » (que j’écris et prononce avec des guillemets) renvoie à une construction médicale et psychiatrique qui vise à "pathologiser" les identités trans, au "triage" des demandes jugées comme acceptables ou non-acceptables du point de vue des normes de genre et de sexualité en vigueur. Le « transsexualisme » est donc un terme qui "pathologise", j'insiste, et qui en plus fait souffrir les individus concernés, car elle pousse des identités et des vies à la marge de toute reconnaissance. Le terme « transidentitaire » est quant à lui plus englobant. Ce terme parapluie inclut toutes les personnes en transition, peu importe le type de transition choisie, vécue ou expérimentée. Comme toujours avec le langage, il y a les catégories d’analyse et les catégories d’expérience. Dans...

Mai 89, les homos font Salon

En 1989, Gai Pied Hebdo fête ses 10 ans. A cette occasion, le journal lance un événement fédérateur d’un monde militant très morcelé à la fin des années 80. Un événement appelé à se répéter et qui deviendra l’un des plus vivants meetings gais européens, le Salon de l’Homosocialité. Pendant deux jours, le samedi 27 et le dimanche 28 mai 1989, les homos vont investir le Cirque d’Hiver à Paris, pour débattre, danser, draguer… Cinéma et fête au cœur du projet Le programme commence dès le mercredi 24, avec la diffusion, pendant toute une semaine, d’un film gai chaque jour, au cinéma L’Entrepôt. Y sont proposés My Beautiful Laundrette, Once More, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça, L’homme blessé… C’est même toute une nuit gaie qui y est organisée du vendredi soir au samedi matin. Le samedi, le public se retrouve l’après-midi rue Amelot pour débattre avec Yves Charfe, rédacteur en chef du journal, et découvrir le Club des lecteurs de GPH. Mais le moment le...

Comics : vers une nouvelle ère de personnages trans et queer

Si, longtemps l'homosexualité a été un sujet tabou dans la littérature des comics américains, il existe depuis les années 80 des super-héros gays, lesbiens ou bi, même dans la littérature grand public de type Marvel. La célèbre maison d’édition qui édite Spiderman et X-Men n’hésite pas non plus à homosexualiser certains de ses personnages classiques. Au-delà des nombreux sous-entendus ou des situations équivoques que certains auteurs avaient trouvés pour exprimer leur côté queer à une époque où les codes des comics US interdisaient de représenter des personnages gays (voir par exemple l’amitié débridée de Batman et de son pote Robin), les personnages ouvertement L, G, ou B sont maintenant légions. Pour vous convaincre de cette évolution, je vous invite à lire l'article très complet sur le sujet dans Comicsblog, même si de nouveaux personnages sont apparus depuis. Il ne manque plus que le cinéma hollywoodien ou que Netflix s’en emparent sérieusement pour que le cycle médiatique LGBT soit bouclé (appel du pied). Nul doute que ce moment viendra rapidement, une fois que...
Nationalk geographic couverture USA

Trans : quand la version française du National Geographic n’a pas de couilles

Quand le National Geographic a décidé, avec une certaine audace et un parti-pris revendiqué par la rédactrice en chef, d'enquêter sur la révolution du genre et d'en faire la thème central de son numéro de janvier, le monde associatif LGBTQI américain a applaudi. Des témoignages, une approche à travers de multiples filtres, des articles audacieux comme celui sur Ashley Jackson, en couverture, cette jeune fille de 9 ans qui a initié sa transition à l'âge de 5 ans avec la bienveillance de ses parents (le père d'Ashley a par ailleurs été interviewé par le New York Times). La rédaction a aussi résisté aux multiples menaces de boycott de la droite chrétienne voire aux menaces de mort. Et puis patatras. Il semble que la transition ne s'est pas bien faite entre les deux rives de l'Atlantique, avec une version française à l'approche sensiblement différente. Il y a bien, certes, la version alternative de cette couverture réservée aux abonnés, un in-between, un ventre mou comme on dit, une version plus "consensuelle", avec des gentils...

Butch de Sam Sam, Rizzo Boring & Cécé 2016

Si vous avez connu comme lesbienne des réflexions du style : « Ey toi ! t’es une meuf ou un gars ? ; Vous désirez Monsieur… ; Les toilettes pour hommes sont de l’autre côté… ; Vous êtes chez les Fâmes ici ! ; Les butchs kiffent la mécanique ; etc. » qui auraient pu vous glacer dans certaines situations, voilà un fanzine fait pour en rire : 44 pages dédiées à la mémoire de Leslie Feinberg, femme de lettres américaine, lesbienne butch, morte récemment. Trois lesbiennes artistes, Sam Sam, Rizzo Boring et Cécé 2016, ont donc conçu les textes et les nombreux dessins et BD de ce fanzine en N&B, sérieux et drôle. Nounours, ours, chats, chiens, ados, coiffeurs…, une demande sérieuse « d’adoptez une butch ! », une suite illustrée des stéréotypes sur les lesbiennes « masculines », « misogynes et relous : tu parles de petit cul et même ta mère te trouve moche ! » Oui, butch, abréviation de boucher en anglais !!! Oui, mais pour elles, les butchs sont...

Pas si Trans-parent

« Transparent » est un jeu de mot en anglais (mais ça marche en français aussi) entre les mots « Trans » et « Parent » évidement associés dans le titre de la série… mais aussi cela veut dire invisible ou translucide, on voit « à travers » et aussi quelque chose de très clair et évident. C’est parfait comme titre pour cette histoire de famille et avant tout d’amour où la transparence/l’honnêteté du personnage principal, le père, est à la fois décapante et touchante. L’action se situe en Californie, dans une famille avec deux parents divorcés et trois enfants (2 filles et un garçon), la vingtaine et trentaine. Une famille plutôt aisée avec des rapports très directs et francs. On se dit tout à tout moment. On rigole, on se dit des choses dures, sans complexe, avec amour. On comprend vite que les parents se sont séparés il y a des années et que les rapports sont cordiaux. On apprend aussi très vite que...