transgenre

Emmanuel Barrouyer, c’est quoi un artiste queer ?

Rencontre avec un défricheur que rien n'arrête. On peut s'égarer dans les nombreuses formes artistiques que tu proposes, alors dis-nous quelle est ta démarche ? Il est vrai qu’en France j’ai l’impression qu’on a toujours besoin d’entrer dans une case précise, au risque de perdre les gens. Moi, j’ai un besoin de créativité permanent, besoin qui n’est pas satisfait par mon métier de comédien. Je dirais que c’est une créativité en mouvement : je ne me pose pas de question, je ne me mets pas de limite, pas de cadre, j’essaye simplement d’exprimer quelque chose de sincère et les différents thèmes de mon travail sont les facettes d’une seule et même œuvre mais qui se multiplie, qui est transgenre, parce que justement je n’aime pas être dans une case. J’ai besoin de liberté. Je me sens bien dans cette créativité sans freins, sans censure (excepté sur les réseaux sociaux), en allant exactement à l’endroit où j’ai envie d’aller. Et si les gens se perdent tant mieux, cela veut dire...

La rencontre

Un jour d'attente Il y a huit ans déjà que j’ai terminé le lycée. Une profonde solitude m'envahit. Un autre de ces moments horribles qui, de part en part de mon être, me fait découvrir à quel point l'humain est le plus pitoyable des terriens. Mon corps continue d'avancer dans ce chemin de ruelles qui ne sait pas changer de paysage. Toujours gris ; terne et sans vie pour la saison. Nous sommes à Paris au mois d'avril et il est treize heures. Il commence à pleuvoir. L'eau se constitue en de petites flaques éparpillées sur toute la route. En regardant mes chaussures prendre l'eau, j'avance encore. En pleine déréliction, je pense à mon amie. En tout cas c'est comme ça que je la considérais. Le souvenir de notre conversation me revient. Nous sommes en fin d'après-midi, a mon retour des toilettes, je vois Camille conclure un discours. Juste le temps de m’asseoir qu’elle finit. Elle retourne à sa place en me souriant. Ses dents et la forme...

Transidentité : une constellation d’identités de genre

Il est temps de faire le point sur l’avancée des droits des personnes transgenres avec l’adoption récente par le parlement de la nouvelle loi « Justice du XXIe siècle ». Cette loi, en modifiant le code civil, ne prévoit pas un changement d'état civil fondé sur l'auto-détermination avec une procédure libre et gratuite en mairie mais elle n'obligera plus les personnes requérantes à fournir des attestations d'ordre médical lorsqu'elles feront leur demande auprès du tribunal de grande instance. Concernant le changement de prénom, il sera facilité puisque l'article 60 permettra désormais d'en faire la demande auprès d'un officier d'état civil. Les associations vont plus loin dans leurs revendications (voir articles) en réclamant un accès libre et gratuit au changement d’état civil sur simple demande de la personne (suppression des obligations de traitement hormonal et du recours aux expertises médicales). Il est également temps de constater l’évolution de la représentation sociale de la transidentité à travers les médias et heureusement aussi sur un plan moral et public. Même si tout...